1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Discordances entre Paris et Berlin

Cette année marque le cinquantenaire du traité de l'Elysée, cinquante années d'amitié franco-allemande... Pourtant, le moteur franco-allemand ne tourne pas très rond ces derniers temps.

default

Angela Merkel et Francois Hollande

A cinq mois des élections législatives en Allemagne, des critiques émanant de membres du parti socialiste français font un peu grincer des dents la coalition libérale-conservatrice menée par la chancelière Angela Merkel à Berlin.

Un an après l'arrivée de François Hollande à l'Elysée, les relations entre Paris et Berlin ne sont pas au beau fixe, le président et la chancelière comme leurs gouvernements respectifs sont en désaccord sur de nombreux dossiers. Il ne s'agit pas de banalités, mais d'une question centrale : comment l'Europe peut-elle sortir de la crise ? Quels remèdes appliquer pour renforcer l'Euro ? Pour renforcer ceux qui, parmi les 27 pays membres, sont confrontés à une conjoncture déplorable, à un endettement grandissant, à un chômage croissant surtout parmi les jeunes en Espagne, en Italie, en Grèce ou en France.

50 Jahre Élysée-Vertrag

Deux présidents d'assemblées parlementaires : le Français Claude Bartolone et son homologue allemand, Norbert Lammert

Des points de divergences

La chancelière allemande est persuadée que seules des réformes basées sur des mesures d'austérité, sur une réduction des dépenses de l'Etat, une libéralisation du marché de l'emploi, une restructuration des systèmes sociaux permettront de surmonter la crise.

Autant de mesures que le président français juge inadaptées. Alors que son prédécesseur Nicolas Sarkozy entendait s'inspirer en partie du « modèle allemand », François Hollande, lui, y est opposé. Le président français craint que la récession en Europe ne s'aggrave si Berlin impose partout l'austérité. Union bancaire, euro-bonds ou sauvetage de Chypre, rigueur budgétaire pour tous, autant de points où Paris et Berlin ne peuvent accorder leurs violons.

De mal en pis ?

La plupart des experts ne pensent pas que la mésentente actuelle aille croissant, même si le Parti socialiste français a présenté vendredi un projet de texte qualifiant Angela Merkel de chancelière de l'austérité et l'accusant d''intransigeance égoïste.

La veille, dans « Le Monde », le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, a exhorté le président de la République à ne pas se contenter d'une « tension amicale »avec la chancelière (les mots mêmes de François Hollande), mais à entrer « en confrontation » avec elle.

Frankreich Premierminister Jean-Marc Ayrault

Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault, est germanophile

Ce lundi, le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault s'est voulu conciliant et a affirmé que l'Allemagne est le « premier partenaire » avec qui il faut œuvrer « encore plus étroitement »à la croissance en Europe.

De son côté, le porte-parole de la chancelière, Steffen Seibert, a réaffirmé que «ces attaques ne remettaient pas en cause la coopération essentielle entre la France et l'Allemagne.Ce qui compte pour nous, ce ne sont pas les partis mais le travail avec les gouvernements, comme la coopération directe avec le président français, le Premier ministre Ayrault et les ministres ». Il faut noter que ces dernières semaines, déjà, Berlin a mis de l'eau dans son vin, en admettant qu'un peu moins de rigueur ne compromettrait pas forcément la croissance.