1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Dialogue de sourds à Kinshasa

Depuis lundi, une réunion se tient à Kinshasa pour trouver une solution à la crise née des expulsions en masse de ressortissants de la RDC vivant à Brazzaville. Mais chaque partie campe sur ses positions.

Les expulsions ont débuté en avril à Brazzaville, capitale de la République du Congo

Les expulsions ont débuté en avril à Brazzaville, capitale de la République du Congo

Dès l'ouverture de cette commission mixte RDC/Congo-Brazzaville, Richard Muyej, le ministre de l'intérieur de la RDC, a accusé les autorités de Brazzaville d'avoir procédé à des expulsions massives sans aucun respect des droits humains. Son homologue de Brazzaville, Raymond Mboulou, a rétorqué en rejetant le nombre des expulsés avancé par Kinshasa. Raymond Mboulou a aussi nié toute violation des droits humains dans cette opération: «L'opération a déploré deux décès, la première victime est mort des suites d'un diabète, la seconde d'un arrêt cardio-vasculaire. D'où viennent les chiffres monstrueux qui sont exhibés ici et là?»

Des expulsés en colère

Raymond Mboulou a justifié ces expulsions par une hausse de la criminalité dont sont responsables, selon lui, de nombreux étrangers particulièrement les ressortissants du Congo-Kinshasa. Mais deux expulsés affirment que l'opération visait tous ceux qui étaient de la RDC. « Je m'appelle Kasaka Anicet, je suis installé a Brazzaville depuis 1990, je me suis marié à une femme de là-bas avec qui nous avons trois enfants. J'étais gérant d'une société de transport mais on m'a refoulé sans ménagement. Mon épouse et mes enfants sont restés.»

Cette femme aussi proteste: «Je vais vous montrer les documents de séjour des mes enfants a Brazzaville. Voici les documents de leur séjour en bonne et dû forme. Ils étudient las bas depuis 2003. Les autres sont nés à Brazzaville. En quoi sont-ils criminels ou délinquants?»

Selon Kinshasa, ce sont plus de 137.000 congolais qui ont été expulsés ou contraints de quitter le Congo-Brazzaville. Brazzaville estime pour sa part n'avoir expulsé qu'environ 2.000 ressortissants de la RDC.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !