1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Deuil et colère en Ethiopie

Bishoftu était sous le choc lundi, au lendemain de la mort d'au moins une cinquantaine de personnes lors du festival oromo Irreecha, dans une bousculade déclenchée par les forces de l'ordre.

Äthiopien Unruhen (Getty Images/AFP/Z. Abubeker)

Des habitants de Bishoftu manifestant contre le gouvernement, le 2 octobre dernier

Les participants ont d'abord manifesté, de manière pacifique, leur hostilité au gouvernement en brandissant leurs bras croisés au dessus de la tête, un geste devenu le symbole de la contestation des Oromo face aux autorités éthiopiennes. Mais la situation a dégénéré lorsque des dirigeants oromo, affiliés au gouvernement, ont été pris à partie par la foule. La police a répliqué à coup de bâton et de gaz lacrymogènes. Au lendemain de la bousculade meurtrière, alors que le gouvernement a déclaré trois jours de deuil national, des manifestants sont descendus dans les rues de différentes communes de la région d'Oromiya afin de protester contre ces morts. Geresu Tufa, activiste éthiopien, affirme qu'une forte colère se faire ressentir:

Personne n’a suivi cette annonce du gouvernement, parce qu’ils ont crées cette situation dans laquelle la sécurité du peuple n’est pas assurée. Ils ont tiré sur une foule de deux mille personnes venus pour les festivités. On ne connait toujours pas le nombre exact de morts. C’est ce qui a provoqué la colère du people qui a décidé, automatiquement, de protester ".

Un bilan incertain

Äthiopien Unruhen (Getty Images/AFP/Z. Abubeker)

Le nombre de victimes est encore incertain

Si le gouvernement parle de 58 personnes décédées, l'opposition évoque un bilan plus lourd. Merera Gudina, président du Congrès fédéraliste Oromo, a déclaré à l'agence de presse Reuters que le nombre de morts était d'environ 150, et que certaines victimes avaient été abattues par la police, ce que nient les déclarations officielles. Il a demandé l'ouverture d'une "enquête indépendante ". En Allemagne, la société pour les peuples menacés veut aussi savoir ce qui s'est réellement passé. Ulrich Delius, son représentant :

Les informations nous viennent au compte-gouttes et elles sont contradictoires. Ce qui est très alarmant, c'est que juste après quelques heures, les autorités du gouvernement régional ont expliqué avoir compté 52 morts et ont prévu à cet effet 3 jours de deuil national. Depuis décembre 2015 les chiffres officiels ne sont pas fiables. Et les chiffres réels des victimes étaient 5 à 10 fois plus élevés que ceux des autorités. C’est pour cette raison que, depuis ces incidents malheureux, nous demandons la mise en place d'une enquête indépendante afin de situer les responsabilités sur ce qui a conduit a la mort de si nombreuses personnes ".

Plusieurs personnes sont tombées dans un fossé profond d'environ 5 mètres. Lundi, une dizaine de personnes creusaient encore dans l'espoir de déterrer d'autres corps. Ils ont affirmé en avoir retrouvé trois dans la matinée.

 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !