1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Des proches de Kabila sanctionnés par l'UE?

Le principe de sanctions ciblées contre cinq proches du président congolais a été adopté ce jeudi, par les Eurodéputés. Ils recommandent le gel de leurs avoirs et des interdictions de visas pour les auteurs d'exactions.

Écouter l'audio 03:05

"Nous ne souhaitons pas que l'expérience du Burundi soit réédité en RDC" (Chef de cabinet du président du groupe de l’Alliance progressiste des socialistes Démocrates au Parlement européen)

La résolution sera au menu du Conseil des Affaires Étrangères  de l’UE, le 12 décembre prochain, soit quelques jours seulement avant la date symbolique du 19 décembre, à laquelle le Président Kabila était censé, avant "le glissement" du calendrier électoral, quitter le pouvoir. Plusieurs personnalités congolaises passibles de sanctions ont été explicitement nommées dans cette résolution :

- Le directeur de l’Agence nationale des Renseignements (ANR) Kalev Mutond

- Le Général Ilunga Kampete, commandant de la garde républicaine

- Le Général Gabriel Amisi, commandant de l’armée dans la région occidentale de la RDC

- Le Général Célestin Kanyama, commissaire provincial de la police à Kinshasa

- Le Général John Numbi, ex-chef de la police nationale congolaise

Aussi, cette résolution initiée par le groupe des sociaux-démocrates du Parlement européen est-elle  considérée comme un coup de semonce, un avertissement à certains hauts fonctionnaires et militaires considérés comme responsables de violations de droits de l’Homme en RDC. Les eurodéputés préviennent ainsi le président congolais que l'UE reste attachée au respect de l’article 96 de l’accord de Cotonou, signé en 2000. Cet accord astreint les signataires au respect des principes démocratiques, des droits de l’Homme et de l’Etat de droit.

Le Parlement européen exige aussi qu’une transition pacifique soit menée en RDC, à l’issue de laquelle devront être organisées des élections libres, crédibles et transparentes. Mais au cours desquelles le président Joseph Kabila n’a pas le droit de se présenter, selon la Constitution congolaise.

 

Cliquez sur l'image ci-dessus pour en savoir plus sur ce sujet.

 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.de ou laissez un message sur notre répondeur : +49-228-429 16 4948 !

Réagissez à l'actualité par SMS !