Des prématurés en manque de couveuses à Ziguinchor | Santé | DW | 08.08.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Santé

Des prématurés en manque de couveuses à Ziguinchor

L'hôpital de Ziguinchor en Casamance accueille un nombre important de grands prématurés. Des nourrissons qui, pris en charge dans de bonnes conditions médicales, pourraient survivre. Ce n'est pas le cas.

L'hôpital régional de Ziguinchor, au sud du Sénégal, abrite le seul service de pédiatrie de toute la région. Mais il a un problème grave : le manque de couveuses. La structure n'en possède que deux pour faire face à tous les cas de naissances prématurées de la région. Conséquence : il arrive que plus de la moitié des bébés nés prématurément meurent sous le regard impuissant du personnel médical. Notre correspondant sur place Mamadou Alpha Diallo a visité ce service de pédiatrie.

Ebola, une mort par hémorragie

La médecine ne connaît pas depuis longtemps le redoutable virus Ebola. Il est apparu en 1976 à la fois à Nzara au Soudan et dans le petit village de Yambuku, en République démocratique du Congo (autrefois Zaïre), situé près du fleuve Ebola, d'où son nom. Il se présente sous plusieures formes. Les plus virulentes, en Afrique centrale, causent des fièvres hémorragiques qui provoquent la mort dans 90% des cas.

Des voisins inquiets

Depuis juillet, une nouvelle poussée d'Ebola a été enregistrée en Ouganda. Le bilan actuel communiqué par l'OMS (Organisation mondiale de la santé) est de 16 morts et une cinquantaine de cas suspects. Mais pour l'instant, cette épidémie reste limitée à l'ouest de l'Ouganda , dans le district de Kibaale, à quelque 200 km de la capitale Kampala.

« Ebola doit être traité par le personnel soignant qui porte des combinaisons de protection. Donc je vous demande d'être vigilants, d'éviter de serrer les mains, a ainsi averti Yoweri Museweni, le président de l'Ouganda. Ne touchez pas ou n'enterrez pas quelqu'un qui est mort de symptômes qui ressemblent à ceux d'Ebola. Appelez le personnel soignant pour le faire et évitez la promiscuité car cette maladie se transmet aussi par le sexe. »

Ce virus est en effet hautement contagieux. Il se transmet par le sang, la salive, les selles ainsi que par voie sexuelle, bref par tout contact corporel, précise l'OMS.

Audios et vidéos sur le sujet