1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Des policiers de l'Onu pour "observer" le Burundi

La France a proposé au Conseil de sécurité de déployer 228 policiers onusiens pour tenter de freiner les violences au Burundi. Selon le projet, ces hommes seraient envoyés à Bujumbura et dans le reste du pays pour un an.

Écouter l'audio 02:01

"Bujumbura a retrouvé la paix (...) ce n'est plus d'actualité d'envoyer des éléments de police de l'Onu"(Albert Shingiro, ambassadeur du Burundi auprès de l'Onu)

La mission pourrait être prolongée ou modifiée en cas d'aggravation de la situation. Les autorités burundaises, qui, par le passé, ont refusé une mission de stabilisation proposée par l'Union africaine, ne voient pas l'utilité de ces policiers. Pour Albert Shingiro, ambassadeur du Burundi auprès des Nations Unies, le calme étant revenu dans son pays, l'envoi de 228 policiers sur place serait superflu.

Bujumbura pourrait en revanche donner son accord à une proposition validée par le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon et qui consisterait à envoyer entre 20 et 50 hommes, non armés, en mission d'observation. Pour Marie Lamensch, de l'Institut montréalais d'étude sur le génocide et les droits de la personne, ce serait déjà un premier pays symbolique.

Pour en savoir plus, cliquez sur le lien audio ci-dessus.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !