1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Des nounous pour la Bundeswehr ?

La nouvelle ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, veut rendre le métier de soldat plus compatible avec la vie de famille. Également à la Une : la disparition d'Ariel Sharon, décédé samedi à Tel Aviv.

Ursula von der Leyen plaide pour un système de garde flexible dans l'armée, par exemple en recourant à des « nounous » en dehors des périodes d'ouverture des crèches des casernes

Ursula von der Leyen plaide pour un système de garde flexible dans l'armée, par exemple en recourant à des « nounous » en dehors des périodes d'ouverture des crèches des casernes

En promettant une meilleure compatibilité entre vie familiale et professionnelle au sein de la Bundeswehr, écrit die tageszeitung, l'ancienne ministre de la Famille Ursula von der Leyen se saisit d'un des problèmes souvent évoqués par les soldats de métier. Les missions à l'étranger et les mutations régulières rendent difficile la vie privée. L'Afghanistan a montré que des soldats allemands risquent leur vie. Il serait donc normal que la Bundeswehr fasse tout pour compenser ce risque, estime le quotidien.

Ursula von der Leyen a pris ses fonctions en décembre

Ursula von der Leyen a pris ses fonctions en décembre

La Frankfurter Allgemeine Zeitung est partagée. La ministre de la Défense met certes le doigt sur un sujet qui va devoir être abordé pour assurer l'avenir du recrutement. Mais la Bundeswehr a sans doute d'autres problèmes plus importants à régler. De plus, le parti de gauche n'a-t-il pas raison de dire qu'il n'y a pas de « guerre à temps partiel » ni d'« interventions militaires favorables aux familles » ?

La caricature de la Süddeutsche Zeitung présente l'armée allemande en 1914 et en 2014. À gauche, un officier bedonnant, casque à pointe et sabre levé, passe en revue des soldats au garde-à-vous. À droite, Ursula von der Leyen fait la même chose. Mais dans les rangs au premier plan, un soldat porte une poussette en bandoulière et un bébé sur son dos. En guise de fusil, il tient un biberon dans la main.

Selon la presse allemande, Ariel Sharon était l'un des derniers représentants de son espèce

Selon la presse allemande, Ariel Sharon était l'un des derniers représentants de son espèce

À propos d'Ariel Sharon, Die Welt rappelle que l'ancien Premier ministre israélien a longtemps prôné une défense expansive et agressive pour Israël. Mais celui que l'on surnommait le "Bulldozer" s'est rendu compte que la seule force militaire ne suffisait pas. Avec le retrait de Gaza, en 2005, l'État hébreu a connu le revirement politique le plus étonnant de son histoire. Et cela a confirmé que ce sont généralement les partisans de la ligne dure qui engagent les étapes d'une résolution du conflit. On peut donc espérer, conclut le quotidien, que Benjamin Netanyahu se découvre un jour la même capacité.

Pour la Süddeutsche Zeitung en revanche, Benjamin Netanyahu n'a pas l'étoffe de ses prédécesseurs. Son parcours est un zigzag aventureux, sans objectif ni vision. Au lieu d'une stratégie, il recourt à des tactiques changeantes. Et au lieu de rassurer la population israélienne par une politique intelligente, il instrumentalise leur peur pour se maintenir au pouvoir. Pour le quotidien, l'ère des Grands Hommes israéliens appartient désormais à l'histoire ancienne.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !