Des missiles sol-air pour l′Armée syrienne libre ? | Vu d′Allemagne | DW | 15.08.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Des missiles sol-air pour l'Armée syrienne libre ?

Le 15 août, fête catholique, est férié dans certaines régions d'Allemagne. Mais les journaux qui ont paru continuent de s'intéresser à l'actualité sur la rive sud de la Méditerranée : Tunisie, Égypte et Syrie.

default

Combattants de l'ASL à Alep

Un tournant s'annonce peut-être dans la bataille d'Alep. Selon le quotidien Die Welt l'Armée syrienne libre dit avoir accès maintenant à des missiles Stinger, des missiles sol-air, produits en Turquie sous licence américaine. Le journal rappelle que les missiles Stinger ont joué un rôle décisif dans la fin de l'occupation soviétique en Afghanistan. C'était en 1989.

Syrien Bürgerkrieg verletzter Mann in Aleppo

Dans un quartier d'Alep

Le Tagesspiegel de Berlin ne croit pas à la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne destinée à protéger les civils. Les Américains sont en campagne électorale, les Européens sont fatigués. La Frankfurter Allgemeine Zeitung continue de dénoncer la politique d'obstruction de la Russie et de la Chine. Après la chute du régime de Bachar al-Assad, les nouveaux maîtres de Damas se rappelleront qui aura protégé si longtemps le despote.

Le même journal, la FAZ, relève qu'en Égypte, le président Morsi n'a pas touché à l'immense empire économique de l'armée. Ce sont au moins 14 entreprises qui dépendent directement du ministère de la Production militaire. Le journal en conclut que le limogeage du maréchal Tantaoui et d'autres hauts gradés s'est fait en concertation avec l'armée.

Tunesien Demonstration für Frauenrechte

Manifestation pour les droits des femmes à Tunis

La colère des femmes tunisiennes trouve aussi un écho dans la presse de ce mercredi. Elles ont été des milliers, note die tageszeitung, à manifester contre un projet de nouvelle Constitution qui remet en cause l'égalité homme-femme. La Tunisie éclairée et laïque se méfie d'Ennahda, qui se veut libéral et rêve en secret de polygamie.

Ses troupes de choc militantes - les salafistes - saccagent des centres culturels, occupent des mosquées et cherchent à contrôler des villes entières. Mais la terreur et le populisme ne font pas seulement peur. Ils provoquent aussi la résistance d'une société civile infiniment plus large en Tunisie qu'en Égypte ou en Libye, souligne le journal.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !