1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Des mercenaires étrangers au Congo Brazzaville?

Au Congo Brazzaville, en dépit de l'appel au boycott de l'opposition et de la société civile, le réferendum constitutionnel a eu lieu hier. Entre-temps, certains dénoncent la présence de mercenaires étrangers.

Écouter l'audio 03:11

‘’On a aperçu les miliciens Ninja tirer à balles réelles sur les manifestants’’ (Trésor Chardon Nzila Kendet, Directeur exécutif de l’Observatoire congolais des Droits de l'Homme)

Mardi dernier, les opposants au référendum constitutionnel avaient manifesté à Brazzaville, la capitale, et même dans d’autres villes de l’arrière-pays. A Pointe-Noire par exemple, la capitale économique, le pouvoir aurait sollicité les services des mercenaires pour réprimer les manifestants. C’est ce qu'a confié à la Deutsche Welle, Brice Makosso, le leader du mouvement "Tournons la page’’ au Congo.

Le directeur exécutif de l’Observatoire congolais des Droits de l’Homme, Trésor Chardon Nzila Kendet n’a pas confirmé la participation de mercenaires étrangers à la répression de la semaine dernière. Mais il a dénoncé plutôt la présence de miliciens ‘’Ninja’’ sur le terrain.

Les ‘’Ninja’’ sont d'anciens rebelles congolais qui ont combattu aux cotés de l’ancien président, aujourd’hui décédé, Bernard Kolelas. C’était pendant la guerre civile de 1997 qui a porté au pouvoir Denis Sassou Ngesso. Après les accords de cessez-le feu, cette milice a été dissoute dans le cadre du programme DDR, désarmement, démobilisation et réinsertion. Elle pourrait donc refaire surface, en cette période de troubles au Congo.

On écoute les explications d'Eric Topona.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !