1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

NRS-Import

Des dizaines de stations-services démolies par les autorités à N'Djamena

Pour lutter contre les constructions anarchiques des stations-services, les autorités en ont fait détruire plusieurs dizaines cette semaine.

Soixante-trois ! C'est le nombre de stations-services démolies par les autorités à N'Djamena cette semaine ! Officiellement, il s'agit de lutter contre les constructions anarchiques des stations, souvent proches les unes des autres et installées trop près des habitations. Celles-ci seraient alors un véritable danger pour ceux qui vivent à proximité. "Le danger est grand en cas d'incendie pour nous qui habitons près de ces stations", témoigne par exemple une habitante du quartier Diguel où une station-service vient d'être détruite. Elle était construite sous un immeuble et collée aux habitations.

A peine quelques mètres plus loin, une autre station est en cours de démolition. Mais les responsables tiennent un tout autre discours que celui des habitants à proximité. "Ici c'est le ministère qui avait donné l'autorisation. Et maintenant ils reviennent pour démolir", se désole Moussa Adam pour qui il n'y a aucun risque pour la sécurité. "Ils disent que nous ne répondons pas aux critères. Mais il y a d'autres stations qui sont toujours en usage et qui ne répondent pas non plus aux normes", assure le vendeur. 

 

Les firmes étrangères pointées du doigt

Si les gérants des stations-services se désolent, certains vont même plus loin et prédisent de plus graves conséquences pour l'économie de la capitale. "Ca va encore faire augmenter le chômage", se désole Mahamat Saleh Issa, président du Conseil des pétroliers. "Franchement ! Le ministre dit qu'il est interdit de construire de nouvelles stations mais Total est entrain de construire, Tradex est en train de construire, Oil Libya vient de rencontrer le Premier ministre. Il va venir investir lui, mais pour les Tchadiens c'est interdit", s'énerve Mahamat Saleh Issa. 

Des arguments qu'entend le ministre du Pétrole et de l'Energie. Mais Bechir Madet met lui en avant la sécurité des populations. "Nous avons l'obligation de faire en sorte que les stations ne soient pas un danger pour la population et que nous puissions avoir des entreprises aux normes", explique-t-il. Le ministre assure que toutes les stations seront controllées. "Personne n'y échappera et ceux qui n'auront pas respecté la période de mise en conformité, nous allons aussi les démolir."

Par ailleurs, dans la plupart des stations-services en cours de démolition, des prélèvements ont confirmé la présence de produits pétroliers importés qui seraient d'origine et de qualité douteuses.