1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Des consultations pour une fin de crise au Burundi

Peut être un pas vers une résolution de la crise au Burundi. L'Union européenne et le pouvoir de Bujumbura vont entamer mardi à Bruxelles des consultations.

Des consultations, prévues dans l'article 96 des Accords de Cotonou, qui régissent la coopération entre l'UE et les pays de la zone ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique). L’objectif de la rencontre de Bruxelles est de trouver un accord rapide pour une sortie de crise.

Les discussions doivent porter sur les principes démocratiques, les droits de l'Homme et la gouvernance. Pour Jean- Baptiste Baribonekeza, président de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) au Burundi, certaines questions importantes doivent être abordées « nous sommes préoccupés par la situation d’insécurité au Burundi. Nous espérons que toutes les questions relatives à la sécurité soient abordées. La question des exilés… Il appartient au burundais de poser les vrais questions, de se parler de façon franche et honnête

Risque d'une suspension de l'aide de l'UE


Selon l’un des porte-parole de l'UE si aucune amélioration n'est notée à l’issue des discussions, l'UE, premier donateur au Burundi peut décider de suspendre l'aide directe qu'elle verse au gouvernement de Bujumbura.

L'insécurité persiste au Burundi notamment à Bujumbura

L'insécurité persiste au Burundi notamment à Bujumbura

Pour l’opposition en exil, c’est à contrecœur que le pouvoir, qui était réticent à s’asseoir à la table des discussions, s’est finalement décidé. Selon Pancrace Cimpayé, porte parole du CNARED, le Conseil National pour le Respect de l'Accord d'Arusha et de l'Etat de Droit au Burundi « ils estimaient que tout allait très bien. Il était plus judicieux d’avoir Nkurunziza autour de la table alors que là il envoi ses conseillers. La composition de la délégation démontre que Nkurunziza a été forcé, qu’il n’a pas du tout son cœur à ces négociations. Nous espérons que le pouvoir de facto de Bujumbura vienne le plus rapidement possible à la table des négociations

Le CNARED se dit prêt à discuter avec le pouvoir burundais mais seulement hors du Burundi, ses membres espèrent par ailleurs la tenue très prochainement d’un dialogue sous l’égide du président ougandais Yoweri Museveni.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !