Des centrales bien encombrantes | Vu d′Allemagne | DW | 18.03.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Des centrales bien encombrantes

La décision du Conseil de sécurité sur la Libye est tombée trop tard pour les journaux allemands, déjà partis à l’impression. Les Unes de ce vendredi sont consacrées au Japon et au débat sur le nucléaire en Allemagne.

default

Manifestation anti-nucléaire à Bonn, le 14 mars

Le moratoire sur l’allongement de la durée de vie des centrales pourrait se transformer en fiasco pour la chancelière Merkel, estime la Süddeutsche Zeitung. A côté de la question de la sécurité, se posera bientôt celle de la viabilité économique. Il va falloir batailler pour chacune des sept centrales nucléaires les plus anciennes. C’est seulement après que l’on pourra juger si Merkel voulait un moratoire pour des raisons purement tactiques, ou si la sécurité joue véritablement un rôle.

Deutschland Japan Bundestag Atomkraft Angela Merkel und Guido Westerwelle

Le gouvernement allemand dans l'embarras après la catastrophe nucléaire au Japon

Si deux ou trois centrales seulement sont mises hors service, alors le moratoire de la chancelière n’était qu’un grand show avant des élections à risque. Si, au contraire, davantage de centrales sont arrêtées, Merkel devra expliquer comment cela est possible aussi rapidement, alors que ces centrales étaient encore récemment indispensables, comme « passerelle vers l’ère des énergies renouvelables ».

La tageszeitung s’interroge : est-on certain que les images de Fukushima ne nous sembleront pas, dans trois mois, aussi vagues que celles du baron menteur zu Guttenberg ou celles du scandale de la dioxine ? On peut soupçonner Angela Merkel de compter sur cette tendance à l’oubli dans la démocratie médiatique. Merkel veut, à en croire ses déclarations, un nouveau consensus sur la politique énergétique. Mais la chancelière conserve l’illusion que cela peut se faire sans revoir en profondeur la politique nucléaire de sa coalition noire-jaune. Elle promet un tournant, en voulant garder la possibilité de reculer. Pour la tageszeitung, c’est clair, cela ne suffira pas.

Japan Atomkrise Fukushima Reaktor

Le drame de Fukushima pourrait avoir un impact sur la politique de nombreux pays

De son côté, Die Welt note : on suggère souvent que la sortie du nucléaire serait une spécificité allemande, que personne d'autre ne serait prêt à suivre. Et pourtant, la supposée renaissance du nucléaire était déjà fragilisée avant Fukushima. Le nombre des centrales diminue. Dans les 15 ou 20 dernières années, les mises hors service ont été plus nombreuses que les mises en service.

Même le changement climatique n'est pas un argument pour l'énergie atomique. Les 436 réacteurs en fonctionnement dans le monde remplissent seulement 6% des besoins en énergie primaires. Pour contribuer véritablement à la réduction des émissions de CO2, il faudrait en construire 1.000 ou 1.500. Pas la peine d'être une poule mouillée pour se rendre compte que ce serait un scénario terrifiant, conclue Die Welt.

Auteur : Sébastien Martineau
Edition : Cécile Leclerc

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !