1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Des casques bleus pris en otages sur le Golan

Un groupe de rebelles de l'opposition armée syrienne se nommant les "Martyres de Yarmourk" s'est emparé d'un convoi transportant 21 observateurs de la FNUOD, près des hauteurs du Golan.

default

Les rebelles syriens "Martyrs de Yarmouk" devant un véhicule onusien

Mise en place en 1974 à la suite de la conclusion d'un accord sur le désengagement des forces israéliennes et syriennes après la guerre du Kippour d'octobre 1973, la FNUOD, la Force des Nations Unies continue aujourd'hui de surveiller la mise en oeuvre de l'accord dans la région et le respect du cessez-le-feu. Dans une vidéo diffusée sur Youtube, un groupe rebelle a revendiqué la prise d'otages. A New York, le Conseil de Sécurité a exigé la libération immédiate des observateurs.

Les images diffusées sur Internet montrent un groupe de combattants rebelles armés de fusils d'assaut, devant deux véhicules blindés peints en blanc et portant le sigle "ONU" et un camion. Au milieu du groupe, un jeune homme en civil se réclamant de la brigade des "Martyres de Yarmouk" et se nommant Abu Qaed al-Faleh, déclare :

"Nous retiendrons les observateurs de la Force des Nations Unies aussi longtemps que Bachar Al Assad n'aura pas retiré ses troupes des alentours du village de Jamla. »

UNDOF Hauptquartier Golan Höhe Syrien ARCHIVBILD

Quartier général de la FNUOD près du village de Nabea al Fouar sur les hauteurs du Golan

Le village de Jamla fait partie des zones contestées près des hauteurs du Golan occupées par Israel après la « Guerre des six jours » en 1967. Depuis 1974, l'ONU entretient une mission – la FNUOD- pour observer la ligne de cessez-le-feu entre la Syrie.

Les « Martyres de Yarmouk » accusent les Nations unies de coopérer secrètement avec le régime syrien et –je cite- avec les sionistes en Israel. Les preneurs d'otages menacent de traiter les 21 soldats onusiens comme des prisonniers au cas où un retrait de la Force des Nations unies n'était pas opéré dans les prochaines vingt-quatre heures. Le Conseil de Sécurité a fermement condamné la prise d'otages et exigé une libération immédiate. Ecoutons Vitali Tchourkine l'ambassadeur russe aux Nations unies, et qui préside actuellement le Conseil :

Der russische Botschafter bei der Uno Vitaly Tschurkin

L'ambassadeur de Russie à l'ONU, Vitaly Tchourkine

"Les membres du Conseil de Sécurité de l'ONU exigent la libération inconditionnelle et immédiate de tous les soldats de maintien de la paix et appellent toutes les parties à coopérer avec la Force des Nations Unies, afin de lui permette d'opérer librement et d'assurer l'entière sécurité de son personnel ."

La FNUOD, Force des Nations Unies chargée de l'observation du désengagement sur le Golan a entretemps envoyé une équipe sur place afin de trouver une issue pacifique, voulant éviter que le conflit en Syrie ne fasse tache d'huile dans la région.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme qui est en contact avec la brigade des "Martyrs de Yarmouk", les prisonniers seraient de nationalité philippine.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !