Des Casques bleus en Syrie ? | International | DW | 13.02.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Des Casques bleus en Syrie ?

L'Union européenne soutient la proposition de la Ligue arabe d'envoyer une mission de maintien de la paix conjointe avec l'ONU. Tandis que le régime de Bachar al-Assad mise toujours sur l'armée.

Même la Russie, jusqu’ici opposée à toute résolution onusienne, étudie la proposition de la Ligue arabe. Pour l'instant, le Kremlin réclame cependant davantage de précisions sur cette force, comme il l'a fait savoir par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. En attendant, sur le terrain, les combats continuent entre les forces de sécurité et l’opposition. Plusieurs centaines de personnes ont été tuées ce week-end. Le président al-Assad continue de s'appuyer notamment sur les forces spéciales dirigées par son frère.

Une manifestations de Syriens en exil à Amman, en Jordanie

Une manifestations de Syriens en exil à Amman, en Jordanie

L’armée comme colonne vertébrale du régime

Une bureaucratie à toute épreuve, des services secrets performants et des divisions entières de l’armée à la solde du frère du président, Maher, connu pour ne pas avoir beaucoup d’états d’âme. Leur père, Hafez, l’avait d’ailleurs choisi pour effectuer le "sale boulot", tandis que Bachar, meilleur orateur, s’est vu confier la gestion politique du pays.

Les forces spéciales sous son commandement sont très bien entraînées et mieux armées que les 300.000 soldats des forces régulières. Des troupes ultra-fidèles au pouvoir, selon Hilal Khashan, professeur à l’Université américaine de Beyrouth : « 70% des officiers sont alaouites, la minorité au pouvoir avec Assad, qui détient les postes-clefs de l’armée. Le régime s’y est employé des décennies durant. » Hilal Khashan estime même que l’armée de Bachar est plus puissante que celle de Kadhafi en son temps.

Une ASL moins bien équipée

En face, des déserteurs regroupés au sein de l’Armée syrienne libre. Souvent de simples soldats, dont l’effectif ne dépasserait pas les 20.000 hommes, soit 10% à peine du total de l’armée régulière. Les troupes de l'ASL sont moins bien formées et ne disposent pas de l’arsenal à la disposition des forces du régime syrien, soutenues par la Russie, notamment.

Destructions et victimes civiles, un bilan qui s'alourdit au quotidien

Destructions et victimes civiles, un bilan qui s'alourdit au quotidien

Alors combien de temps les opposants pourront-ils encore tenir face aux tirs nourris des blindés ? Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe demandent en tout cas à l’ONU d’envoyer une mission conjointe de maintien de la paix sur le terrain. Ils ont annoncé la rupture de toute relation diplomatique avec Damas et le renforcement des sanctions économiques contre la Syrie. La Ligue arabe n’exclut pas par ailleurs de soutenir matériellement et politiquement les mouvements d’opposition dans l'espoir de précipiter la fin des tueries.

Appel des députés allemands

La commission parlementaire allemande chargée des droits de l’Homme et de l’aide humanitaire en Syrie condamne ces violences. Tous les partis représentés au Bundestag, la chambre basse du parlement allemand, dénoncent la répression, les viols, les disparitions forcées et appellent à cesser immédiatement les crimes perpétrés depuis la mi-mars 2011 contre la population civile.

Auteurs : Ulrich Leidholdt et Sandrine Blanchard
Édition : Marie-Ange Pioerron

Sur le même sujet

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !