1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Dernière semaine de négociations à Berlin

CDU /CSU et SPD progressent vers un accord pour la formation d'un gouvernement de "grande coalition".

Berlin, Porte de Brandebourg

Berlin, Porte de Brandebourg

Les deux camps, unions chrétiennes et sociaux-démocrates, semblent prêts à des concessions. Toutefois des points de désaccord persistent encore alors qu’un accord global doit être trouvé d’ici la fin officielle des négociations de coalition, vendredi soir…

- Fédéralisme, défense, agriculture, transports, intégration de la Turquie à l'Union européenne, retraites, c’est sur tous ces thèmes que des accords ont été trouvés hier par les futurs partenaires d’un gouvernement commun composé de conservateurs et de sociaux- démocrates. Les anciens adversaires politiques s’affirment conscients de devoir oeuvrer ensemble pour le pays conformément au vœu des électeurs exprimés aux urnes. Avec une nouvelle répartition des compétences entre l'Etat fédéral et les Etats régionaux, l’accord sur la réforme du fédéralisme est un signe encourageant, estime Edmund Stoiber, ministre président bavarois et chef de la CSU :

Stoiber: " On a montré que l’on se rapproche les uns des autres et que l’on veut des solutions. Un accord sur une question aussi difficile entre CDU CSU et SPD va donner un élan positif aux dernières négociations pour une coalition" …

Cependant, il reste encore quelques points de désaccord, par exemple la réforme de la santé. Alors que les sociaux démocrates plaident pour une couverture sociale universelle , la droite elle, privilégie un système forfaitaire et privé. Autre point litigieux : une taxe sur les riches demandée par le SPD. En échange d'une hausse du taux de la TVA de 16% à 19 ou 20%, réclamée par les conservateurs, le SPD demande l'imposition à 45% - au lieu de 42% - des revenus supérieurs. Cette "taxe sur les riches" rapporterait jusqu’à 1,5 milliard d'euros dans les caisses bien vides de l’Etat…Mais les conservateurs ne le voient pas du même œil. Jürgen Rüttgers, ministre président conservateur de Rhénanie du Nord Westphalie :

Rüttgers : « Il s’agit de faire avancer l’Allemagne. Les stratégies économiques doivent être sensées. Or, la taxe sur les riches est, du point de vue économique, insensée !... »

L’argent est un thème difficile et le dossier des finances publiques est sans doute le dossier le plus difficile à gérer. Vers minuit hier, à l’issue de négociations marathon, le social-démocrate Peer Steinbrück, futur ministre des Finances sous une chancelière conservatrice Angela Merkel a cependant parlé d"un grand pas" accompli vers l'assainissement des finances du pays, sans autre précision, toutefois.

La tâche à accomplir dans ce domaine est de taille : en effet, conservateurs et sociaux-démocrates doivent combler un trou d'au moins 35 milliards d'euros en 2007. L’objectif : respecter dans un délai de deux ans les critères du Pacte européen de stabilité, un déficit de moins de 3% du PIB. Ce que l’Allemagne n’a plus réussi depuis plusieurs années déjà…

Conservateurs et sociaux- démocrates doivent reprendre leurs négociations mercredi et jeudi, et comptent présenter un texte complet d'accord de coalition dimanche au plus tard...

  • Date 08.11.2005
  • Auteur Ph.Pognan
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C770
  • Date 08.11.2005
  • Auteur Ph.Pognan
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C770