1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Deby investi mais contesté

Malgré sa réélection contestée, le président tchadien a prêté serment pour la cinquième fois. Une investiture qui coïncide avec la journée ville morte décrétée sur l'ensemble du territoire national par l'opposition.

Écouter l'audio 01:48

"Le président doit s'obliger lui-même à ne pas rater ce quinquennat" (Sylvain Reoutaroum)

Aussitôt après avoir prêté serment, Idriss Deby Itno a annoncé les grands chantiers de son nouveau mandat : poursuite de l'amélioration de la qualité de vie, mise en valeur judicieuse du capital humain, diversification de l'économie. Un programme qui ne brille pas par son originalité selon Sylvain Reoutaroum : "Durant les 26 années, c'est presque les mêmes discours qui reviennent, les mêmes propositions, les mêmes programmes", dit l'enseignant chercheur à l'Université de N'Djamena "Le président doit s'obliger lui-même à ne pas rater ce quinquennat. Le souhait de tous les Tchadiens est que ce quinquennat puisse être géré autrement que ce que nous avons connu par le passé."

Climat social tendu

Cette investiture s'est déroulée dans un climat social tendu. Après l'interpellation des militants de l'opposition et la mort d'un jeune qui manifestait contre l'investiture du président Deby dimanche à N'Djaména, l'opposition a appelé la population à observer une journée ville morte dans tous le pays ce lundi.

Rappelons qu'Idriss Deby Itno est arrivé au pouvoir par un coup de force en 1990. Il est souvent critiqué pour sa gestion calamiteuse du pays, gangréné par la corruption, le népotisme, les détournements des deniers publics et le non respect des droits de l'homme.

Amtseinführung Idriss Deby Tschad

La tribune au pied du président tchadien était bien remplie

Les invités de Déby

Les quatorze présidents africains qui ont pris part à cette cérémonie d'investiture sont: le Soudanais Hassane Oumar El Bechir, l'Ougandais Yoweri Mussoveni, le Rwandais Paul Kagamé, le Béninois Patrice Talon, le Centrafricain Faustin Archange Touadera, le Nigérian Muhamadou Bouhari, le Nigérien Mahamadou Issoufou le Malien Ibrahim Boubakar Keita, le Burkinabé Rock Marc Christian Kaboré, le Mauritanien Mahamoud Ould Abdelhaziz et le Ghanéen John Dramani Mahama, le président de la RDC Joseph Kabila, le Guinée Alpha Condé, celui de la Guinée Equatoriale Théodoro Obiang Nguema Mbasogo.

Les grands absents sont les présidents du Zimbabwé Robert Mugabé, celui du Cameroun Paul Biya, de la Cote d'Ivoirien Allassane Dramane Ouattara et le Sénégalais Maky Sall qui se sont fait représenter.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !