De quoi rêvent les Sénégalais ? | Archives Afrique | DW | 24.02.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Archives Afrique

De quoi rêvent les Sénégalais ?

La campagne électorale égrène ses dernières heures au Sénégal avant une élection présidentielle prévue dimanche et dont certains demandent le report. Le point sur une campagne qui n'a pas parlé de projets de société.

Plus de cinq millions d'électeurs devraient aller choisir le prochain Chef de l'Etat. On ignore si le président Wade sera réélu ou si l'un de ses opposants réussira à le battre. Ceux parmi les quatorze candidats qui ont fait campagne ont dû probablement parler de leurs ambitions pour le pays, mais la presse sénégalaise de ces derniers jours ne se fait pas vraiment l'écho de débats de fond.

A défaut de présenter des programmes de société, les prétendants au fauteuil de président de la République du Sénégal ont essayé de dire quelque chose. Abdoulaye Wade candidat des Forces alliées pour la victoire 2012 veut emmener le Sénégal à l’émergence – il a proposé d’offrir 10 200 F CFA au personnes âgées de plus de 60 ans, l’équivalent d’environ 15 Euros, par mois. Aux habitants de Thiès le vieux briscard promet de remettre la ville sur les rails.

Zeitungstand in Dakar

Pas d'utopie, pas vraiment de programme politique...

Quelles priorités pour l'opposition ?

Thiès, fief d’Idrissa Seck un ancien allié de Wade et candidat à la présidentielle – lui au moins a concocté un programme dénommé « projet pour le Sénégal » qu’il a présenté l’an dernier et dans lequel il fait de la justice, la lutte contre la pauvreté et la paix en Casamance, ses priorités.

L’ancien Premier Ministre Macky Sall veut lui casser tous les accords de pêche et dynamiser l’agriculture quand il sera président. Moustapha Niasse, également ancien Premier Ministre et candidat de la coalition Benno Siggil Senegal veut, une fois élu, baisser les impôts et les taxes et favoriser les marchands ambulants. Et pour le candidat socialiste Ousmane Tanor Dieng, la priorité des priorités sera de s’attaquer aux problèmes des Sénégalais.

Proteste gegen die Regierung in Dakar, Senegal

...dans une campagne émaillée de violences

Pas de réelle feuille de route


Autant de formulations qui sonnent vaguement à l'oreille. L'avis de Werner Nowak, représentant local de la Fondation allemande Friedrich-Naumann d'obédiance libérale, interrogé à Dakar par Dirke Köpp :

« L'opposition n'a réellement aucune feuille de route, elle a vraiment manqué de présenter aux Sénégalais, une alternative politique. C'est pourquoi nous sommes dans une situation au Sénégal où il y a un président qui est très fort et qui peut actuellement se baser sur son programme politique, et nous avons malheureusement une opposition désorganisée. Cela ne peut naturellement pas faire du bien à la démocratie dans le pays. »

L'opposition qui semble être jusqu'ici dépassée dans le bras de fer avec le président Wade étale une nouvelle fois, au dernier jour de la campagne, ses difficultés internes. Il y a ceux qui veulent un report du scrutin de dimanche et ceux qui veulent que le calendrier actuel soit maintenu.

Pour davantage d'informations sur la campagne au Sénégal, consultez notre dossier ci-dessous.

Auteur : Fréjus Quenum
Édition : Sandrine Blanchard

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet