1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

De conférence en conférence, la Syrie reste un champ de bataille

Des soldats turcs et syriens sont entrés dans le centre de la localité d'Al-Bab, bastion de l'organisation Etat islamique dans le nord de la Syrie.

"Sur le champ de bataille qu’est la Syrie, les lignes de front ont changé, de nouvelles alliances apparaissent, constate la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Pour chasser les jihadistes de l’organisation "Etat Islamique" de la ville d’Al Bab, les forces armées turques et celles du président syrien Assad attaquent à partir de différentes positions, évitant ainsi tout contact direct.

Syrien Gefechte um al-Bab (Reuters/K. Ashawi)

Les combats font rage dans la ville d'al Bab, dans le nord de la Syrie.

Un tournant dans cette guerre : ils ne se combattent plus les uns les autres, mais coopèrent indirectement en vue d'un objectif commun. Cela est davantage dû au rapprochement entre le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et le russe Vladimir Poutine qu’aux nombreuses conférences sur la Syrie, estime la FAZ. Ce mois -ci un nouveau record va être atteint avec trois conférences, relève le journal de Francfort : d’abord à Astana au Kazakhstan, puis, à partir du 20 février, au siège des Nations Unies à Genève et entre les deux à Munich où la Syrie sera aussi à l’agenda de la Conférence sur la Sécurité !

 

 Frank-Walter Steinmeier, président de la République fédérale d’Allemagne

 

Le principal thème traité dans la presse allemande concerne la désignation de l’ex-chef de la diplomatie allemande, le social-démocrate Frank-Walter Steinmeier aux fonctions de président de la République.

Berlin Wahl des Bundespräsidenten Antrittsrede Steinmeier (picture-alliance/dpa/B. von Jutrczenka)

Durant la campagne électorale américaine, Frank Walter Steinmeier avait qualifié Donald Trump de "prédicateur de haine". Steinmeier veut être un président anti-Trump" (Berliner Morgenpost).

Frank-Walter Steinmeier, 61 ans, a été élu par 75% des voix d'une assemblée de 1.240 grands électeurs, parlementaires des deux chambres pour la plupart, ainsi que quelques représentants de la société civile. La fonction de président en Allemagne est surtout honorifique, mais elle a valeur d'autorité morale, rappelle le quotidien Rheinische Post qui salue ce choix : "Frank-Walter Steinmeier doit être compris comme un signal des Allemands à l’adresse du monde occidental qui, en partie, semble avoir perdu son orientation fondée sur la liberté et l’humanisme. Regardez : nous avons élu à notre tête quelqu’un qui personnalise comme aucun autre les bonnes vieilles valeurs occidentales. Steinmeier est l‘Anti-Trump. Il ne pérore pas sur Twitter, il préfère expliquer en détails, et de manière équilibrée!", souligne le quotidien de  Düsseldorf.

Joachim Gauck und Frank-Walter Steinmeier (picture alliance/dpa/dpa-Zentralbild/B. Pedersen)

Un président s'en va (Joachim Gauck, à g.), l'autre arrive (Frank Walter Steinmeier)

 Pour la Frankfurter Allgemeine Zeitung, "Frank-Walter Steinmeier ne correspond pas à l’image idéale d’un président devant être au dessus des partis et de la vie politicienne. L’auteur des réformes sociales de l‘Agenda 2010 et ex-candidat du SPD (le parti social-démocrate) à la chancellerie est tout sauf au dessus des partis. La campagne électorale pour la course à la chancellerie a commencé avec la désignation du social-démocrate Martin Schulz pour affronter la chancelière conservatrice lors des législatives de septembre. Et le SPD ne serait pas le SPD  s'il n’avait présenté Steinmeier que comme un démocrate modèle et non pas aussi comme un social-démocrate! ", conclut la FAZ
 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !