Dans l′attente du verdict | International | DW | 14.12.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Dans l'attente du verdict

Il fut l'homme le plus riche de Russie, il en est aujourd'hui le prisonnier le plus célèbre. Mikhaïl Khodorkovski est inculpé du détournement de millions de tonnes de pétrole. Le parquet a requis six ans de prison.

default

Mikhaïl Khodorkovski

L'ex-patron du groupe pétrolier Ioukos a été arrêté en 2003 pour fraude fiscale et condamné deux ans plus tard à huit ans de camp. Mais un deuxième procès est en cours contre lui.

Puni pour avoir défié Poutine

Eine Frau hält ein Plakat mit Bildern von Chodorkowskij, Putin und Medwedew

Ce week-end, des milliers de personnes ont manifesté en soutien à Mikhaïl Khodorkovski

Le verdict, attendu demain, ne sera certainement pas clément : l'oligarque est tombé en disgrâce et risque donc fort de purger au total 14 années de détention dans un camp en Sibérie, où il est emprisonné depuis 2005. L'intéressé lui-même proteste de son innocence et se considère comme un prisonnier politique. Les défenseurs des droits de l'homme ne voient pas les choses différemment, Khodorkovski a sévèrement critiqué la politique de Vladimir Poutine. Il a aussi soutenu l'opposition. Son premier procès, pour évasion fiscale, a été le prix à payer pour son engagement politique. Le second procès n'est pas plus équitable, estime son avocat Vadim Kliouvgant :

« Tout est faux, archi-faux. Du début à la fin. Du premier au dernier mot. Tout a été fabriqué à des fins de représailles. »

Vadim Kljuwgant Anwalt von Michail Chodorkowskij

Vadim Kliouvgant, avocat de Mikhaïl Khodorkovski

Représailles, donc, pour avoir tenu tête à Poutine quand ce dernier était président de la Russie. Pour l'avoir défié aussi en évoquant alors des cas de corruption au sommet de l'Etat.

Un procès suivi de près à l'étranger

Il faut savoir qu'à l'époque, Khodorkovski avait fait du groupe Ioukos le numéro un du secteur pétrolier en Russie et que lui-même était devenu la plus grosse fortune du pays. Son procès est bien sur suivi de près en Europe. Guido Westerwelle, le ministre allemand des affaires étrangéres, était à Moscou le 1er novembre dernier. Il s'est inquiété des conditions dans lesquelles se déroule le procès. A juste titre, selon Oleg Orlov, le président de l'organisation de défense des droits de l'homme Memorial:

« Le juge Danilkin est dans une situation très difficile. Je ne peux pas imaginer qu'un juriste qui se respecte puisse prononcer une condamnation dans de telles conditions. Dans la Russie d'aujourd'hui, malheureusement, tout est possible. »

Si Khodorkovski, comme il faut s'y s'attendre, est condamné à six années supplémentaires de camp, il ne sera libéré qu'en 2017. Or ses conditions de détention, à 6000 km de Moscou, près de la frontière chinoise, sont extrêmement dures. Mais il a déjà annoncé que s'il est condamné demain, il saisira la Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg.

Auteur : Marie-Ange Pioerron
Edition : Fréjus Quenum

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !