1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Désaccords au Gabon

Initié par le président Ali Bongo, les travaux du dialogue politique sont à mi-parcours. Bien qu'ils suscitent l'adhésion de plusieurs membres de l'opposition, il ne semble pas porter les résultats escomptés.

Écouter l'audio 01:45

"Le Sénat et la Cour constitutionnelle posent problème" (Révérend Mike Steeve Jocktane, opposition)

Au total 55 partis politiques opposition et majorité confondus participent au dialogue initié par Ali Bongo.De commun accord, les participants ont decidé de prolonger les discussions de deux semaines tant que les rapports, qui devront en découler, n'auront pas retrouvé l'assentiment de tous les Gabonais.

Points de blocage

Selon le Révérend Mike Steeve Jocktane (membre de l'opposition), la  Commission nationale électorale autonome et permanente (CENAP) pose problème. Il en est de même pour d'autres instances comme la Cour Constitutionnelle ainsi que le rôle du ministère de l'Intérieur pendant les élections.

La facilitation reste la seule garante de la bonne conduite du dialogue mais ce n'est pas à elle que revient la tâche de trancher, à en croire Claver Maganga Moussavou.

L'épuisement total des discussions et consensualité des décisions constituent les fondements d'une communication future efficiente et sereine, a souligné, pour sa part, Mr. Eric Dodo Bounguenza le co-rapporteur adjoint du dialogue politique. La fin du dialogue est prévue pour le 25 mai 2017.

 

Cliquez sur l'image pour écouter les explications de notre correspondant à Libreville Gérauds Wilfried Obangome

 

 

 

 

 

 

 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !