Départ d′Oskar Lafontaine | Vu d′Allemagne | DW | 25.01.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Départ d'Oskar Lafontaine

Deux grands thèmes à la Une des journaux : l'Afghanistan et le départ de l'homme politique d'extrême-gauche Oskar Lafontaine

default

Oskar Lafontaine a annoncé ce week-end qu'il se retirait de la politique nationale pour raison de santé. Il conserve toutefois son mandat de chef du groupe parlementaire d’extrême-gauche dans l’Etat régional de Sarre.

Plusieurs quotidiens s'intéressent à la proposition du ministre allemand des affaires étrangères Guido Westerwelle de mettre en place en Afghanistan un programme de soutien pour les taliban qui souhaitent rentrer dans les rangs.

Attacken der Taliban in Afghanistan Flash-Galerie

La situation sécuritaire reste l'un des problèmes majeurs en Afghanistan. L'Allemagne veut renforcer la formation des policiers et des soldats.

Le chef de la diplomatie Guido Westerwelle croit pouvoir pousser les taliban à devenir pacifistes en leur offrant de l'argent, écrit die Welt. Sa conception de la situation en Afghanistan n'est pas seulement erronée, elle est complètement naïve. Car ce qui manque le moins aux rebelles extrémistes, c’est justement l’argent. Ils en gagnent avec le trafic de drogue et en extorquant aux villages un paiement pour leur protection. Quelle perspective économique et sociale le ministre des affaires étrangères s'imagine-t-il pour les Afghans qui se détourneraient des taliban contre un soutien financier ? Ils craindraient jour et nuit d‘être dévalisés ou assassinés. Et qui les protègeraient ? La police ou les autorités corrompues qui reçoivent des pots-de-vin des taliban ?

La Neue Osnabrüker Zeitung estime de son côté qu'il serait plus efficace d'offrir de vraies perspectives d'avenir aux jeunes Afghans. La police afghane est depuis des années un triste exemple d'échec. Et c'est l'Allemagne qui était responsable de son développement. Aujourd'hui encore, beaucoup de jeunes recrues tout juste formées passent à l'ennemi, car celui-ci paye deux fois plus que le gouvernement. Si on veut contrer l'expansion des taliban, il faut absolument investir dans la paye des policiers.

Flash-Galerie Deutschland Parteien Oskar Lafontaine 2010

Oskar Lafontaine avait co-fondé le parti Die Linke en 20017. Pour le chef du groupe parlementaire au Bundestag, Gregor Gysi (à droite), Oskar Lafontaine est irremplaçable.

La Tageszeitung revient sur l'annonce d' Oskar Lafontaine, homme politique d'extrême-gauche, de ne pas se représenter à la présidence du parti Die Linke et de renoncer à son siège de député pour raisons de santé. Rappelons qu'en 1999, le fondateur de la formation néo-communiste avait claqué la porte du SPD du chancelier de l'époque, Gerhard Schröder, suscitant des tensions qui existent jusqu'à aujourd'hui encore. Pour le parti Die Linke, le départ d'Oskar Lafontaine est une grande perte, affirme le quotidien alternatif, les résultats des élections seront sans doute moins bons à l'ouest du pays. Mais les sociaux-démocrates ne doivent pas se réjouir trop vite : les relations vont peut-être s'améliorer un peu entre le SPD et die Linke, mais Oskar Lafontaine n'était pas le seul obstacle à un rapprochement entre les deux mouvances politiques.

Le Handelsblatt voit les choses différemment et estime que le retrait d'Oskar Lafontaine de la présidence du parti die Linke est une bonne nouvelle pour les sociaux-démocrates et pour les Verts. Les conservateurs et les libéraux au pouvoir doivent au contraire commencer à s'inquiéter. Car les trois partis d'opposition pourraient bien former une alliance au niveau national. Et celle-ci aurait presque quatre ans pour préparer une stratégie en vue des prochaines législatives.

Auteur : Aude Gensbittel

Rédaction : Mireille Dronne

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !