1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Démission de Karl Rove - Crise en Pologne

La presse allemande se penche aujourd’hui sur la démission de l'un des principaux collaborateurs du président américain, son conseiller politique Karl Rove. Représentant de la droite conservatrice, il avait accompagné tout le parcours politique de George W. Bush. Autre thème qui intéresse largement les journaux, la situation en Pologne, avec l’échec de la coalition formée par le premier ministre Jaroslaw Kaczynski.

Karl Rove, conseiller de George W. Bush pendant des années

Karl Rove, conseiller de George W. Bush pendant des années

« Le principal collaborateur de Bush démissionne » titre la Süddeutsche Zeitung. Pour le quotidien, Karl Rove était certes un conseiller présidentiel puissant, mais il a été victime de son propre radicalisme. Aujourd’hui, il ne laisse qu’un héritage bien mince : aucune trace d’une idéologie décidée, pas de dogme qui vaille la peine d’être conservé. Quant aux républicains, ils se contentent d’observer les ruines : pas d’agenda de politique intérieure, une guerre impopulaire en Irak, un président sans soutien et peu de candidats prometteurs pour l’élection présidentielle de 2008.

« Le cerveau de Bush fait ses adieux », titre de son côté la Frankfurter Rundschau qui souligne que Karl Rove n’a pas vraiment joué de rôle dans la décision d’intervenir en Irak, il s’agissait plutôt là de Dick Cheney. Le terrain de Karl Rove était la politique intérieure et son héritage reste la polarisation de la scène politique américaine, au-delà du débat sur la guerre en Irak. Le projet de gouverner très à droite avec une faible majorité, au lieu de chercher un large soutien au centre, n’a pas fonctionné. Car les Etats-Unis ne sont pas le Texas. Karl Rove s’en est peut-être aperçu trop tard, à moins qu’il ne l’ait toujours pas compris.

Aujourd’hui encore, la presse revient sur la crise gouvernementale en Pologne, à l’instar de la Tageszeitung, pour qui malgré l’éclatement de la coalition, il n’est toujours pas clair s’il y aura des élections anticipées dans le pays. Il y a deux ans, les amis comme les adversaires de Jaroslaw Kaczynski lui avaient conseillé de s’allier avec le parti ultracatholique de la Ligue des familles polonaises et le parti populiste Autodéfense. Mais le premier ministre pensait pouvoir mieux maîtriser les deux petites formations de droite que le parti libéral, la Plateforme civique. Mais ni la Ligue ni Autodéfense n’ont accepté de se laisser dompter, et aujourd’hui, la seule issue pour Jaroslaw Kaczynski serait de tenter une coalition avec les libéraux.

« Kaczynski limoge son dernier partenaire de coalition », c’est la Une du journal Die Welt, qui note qu’il y a un an, le premier ministre voulait amener les Polonais à une quatrième république. A présent, il leur offre le 14ème gouvernement depuis 1989. Un chiffre qui montre bien à quel point le paysage politique est encore fragile dans le pays.

  • Date 14.08.2007
  • Auteur Aude Gensbittel
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2fd
  • Date 14.08.2007
  • Auteur Aude Gensbittel
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2fd
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !