1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Décret anti-musulman, la mesure de trop ?

Trois jours après sa signature, le décret sur l'immigration du nouveau président des États-Unis Donald Trump n'en finit pas de provoquer un tollé dans le monde entier.

Sept pays - tous musulmans - sont concernés par cette mesure restrictive. Comme à son habitude, le président américain a justifié sa décision par l'intermédiaire de son compte Twitter.

Donald Trump estime qu'il faut "rendre l'Amérique plus sûre" et balaie d'un revers de main les condamnations qui affluent depuis vendredi, des critiques au plus haut niveau. À l'ouverture du 28ème sommet de l'Union africaine à Addis Abeba, la présidente sortante de la commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, a dénoncé la mesure qui touche notamment la Somalie, le Soudan et la Libye: "Il est clair que nous entrons dans une période de turbulences. Par exemple, le pays vers lequel nos peuples ont été emmenés comme esclaves a décidé de bannir les réfugiés de certains de nos pays. Que pouvons-nous faire contre cela? En réalité, c'est l'un des plus grands défis et un des plus grands tests pour notre unité et notre solidarité."

Les pays concernés par le décret sont tous des pays musulmans

Les pays concernés par le décret sont tous des pays musulmans

Une mesure contre-productive

Le Haut commissaire aux Droits de l'Homme de l'Onu, le Jordanien Zeid Ra'ad Al Hussein, a dénoncé le "manque de générosité" de la mesure, jugée contraire aux droits humains. L'Organisation de la coopération islamique et ses 57 membres, quant à elle, a estimé que le décret renforce "l'extrémisme et le terrorisme" au lieu d'assurer davantage de protection aux États-Unis. Même écho de la part d'Angela Merkel, la chancelière allemande, qui s'est exprimée lors d'un point de presse à Berlin: "La lutte nécessaire et déterminée contre le terrorisme ne justifie en aucun cas une suspicion générale envers des gens de croyance particulière, en l'occurence de croyance musulmane ou des gens d'une origine particulière. Cette manière de faire va de mon point de vue à l'encontre de l'aide et de la coopération internationale en matière d'asile."

Les critiques affluent également de la part des milieux économiques. Après les patrons de géants de la Silicon Valley samedi, l'inquiétude a gagné les dirigeants de multinationales basées sur la côte Est mais aussi les banquiers. Des pétitions en ligne ont rassemblé des millions de signature, tandis que des milliers de manifestants ont témoigné leur solidarité avec les refoulés dans les aéroports.

USA Washington - Proteste gegen Trumps Einreisestop am Dulles Airport (DW/M. Shwayder)

Des milliers de manifestants ont investi les aéroports aux États-Unis et dans d'autres pays pour protester contre le décret

Riposte iranienne

Certains pays concernés par la mesure ont décidé de renvoyer la balle à Donald Trump. Des députés irakiens ont ainsi réclamé au gouvernement de Bagdad d'appliquer le principe de réciprocité si les États-Unis ne revenaient pas sur leur décision. Une mesure similaire était déjà annoncée ce week-end par l'Iran.

Avec agences

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !