1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Décès de l'ancien chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle

L'ancien ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, est mort d'un cancer à l'âge de 54 ans. Il avait présidé le parti libéral FDP pendant dix ans et dirigé la diplomatie allemande de 2009 à 2013.

"Nous sommes en deuil de notre chef Guido Westerwelle. Il est mort le 18 mars 2016", a indiqué son organisation caritative. Vendredi, au terme d’une longue maladie, Guido Westerwelle est mort. Il avait été le 11ème ministre des Affaires étrangères de la République Fédérale d’Allemagne. Une brève rétrospective.

"L’Allemagne reste un partenaire fiable en Europe!" C’est par cette phrase devant l’Assemblée générale des Nations unies en Septembre 2013 que Guido Westerwelle avait pris congé de la scène internationale en tant que ministre des Affaires étrangères d’Allemagne.
Guido Westerwelle, Ex-Außenminister FDP - Afghanistan

Lors d'un de ses voyages en Afghanistan.

A ce moment-là, il a 51 ans et sa carrière politique est brutalement terminée. Ce jour-là encore diplomate en chef, le lendemain même plus député du Bundestag mais simple citoyen parce que son parti libéral FDP n’a pas pu, pour la première fois de l’histoire du parti, surmonter la barre des 5% de voix pour être représenté au parlement.

Né le 27 Décembre 1961 à Bad Honnef, près de Bonn, Guido Westerwelle est le fils d’un couple d’avocats. Alors qu’il a dix ans, ses parents divorcent et dorénavant Guido vit avec ses trois frères chez son père à Bonn.

Politicien passionné

En tant qu’adolescent, Guido Westerwelle s’intéresse déjà à la politique. A 19 ans il adhère au parti FDP et est l’un des fondateurs du mouvement de jeunesse du parti "Les jeunes libéraux". Parallèlement, il fait des études de droit qu’il termine par un doctorat, et devient à son tour avocat. A 33 ans, il devient secrétaire général du parti, et à 39 ans le plus jeune président du parti au niveau fédéral, il restera dix années de 2001 à 2011. Le thème central de Westerwelle: "Réduire les impôts, investir dans l‘éducation et encourager les performances".

Guido Westerwelle est un leader d’opposition prédestiné: il peut parler haut et fort, il a des réponses à tout et est l’un des plus brillants orateurs au Bundestag. Ses adversaires préférés sont les Verts, les Sociaux-démocrates du SPD et le parti de gauche Die Linke. Et lors des élections parlementaires en 2009, il réussit à décrocher un résultat record pour le FDP avec 14,6%.

Guido Westerwelle est proche de l’apogée de sa carrière et obtient à l’âge de 48 ans le poste de ministre des Affaires étrangères dans un gouvernement de coalition conservatrice-libéral mené par Angela Merkel.

Le nouveau aux Affaires étrangères soigne les relations avec les pays de l’est et notamment avec la Pologne. Il exige le retrait des 230 bombes nucléaires américaines encore stationnées en Allemagne et œuvre pour le désarmement. Malgré tout Westerwelle, contrairement à ses prédécesseurs, n’est pas particulièrement apprécié par la majorité des Allemands.

Après le FDP, les voyages...

En Mai 2011, Westerwelle doit abandonner son poste de chef de parti et de vice-chancelier mais reste ministre des Affaires étrangères. Ebranlé, le libéral annonce ne plus s’occuper dorénavant de politique intérieure. Dès lors il fait ce qu’on attend en général d’un chef diplomate: il fait de nombreux voyages à l’étranger, rencontre ses homologues dans une centaine de pays de par le monde, lève la voix quand un conflit éclate quelque part et exhorte les parties en conflit à faire preuve de modération. Au cours des deux années qui suivent, sa courbe de popularité monte et il se place parmi les dix premières personnalités politiques les plus appréciées des Allemands et est une personnalité respectée sur le plan international.

Guido Westerwelle, Ex-Außenminister FDP - Amtsübergabe Frank-Walter Steinmeier

Westerwelle et son successeur, Frank-Walter Steinmeier, l'actuel ministre des Affaires étrangères.

Pendant plus de trente ans, Guido Westerwelle aura été actif dans la politique allemande. Il est aussi le premier ministre allemand des Affaires étrangères qui a fait part officiellement de son homosexualité. Grand amateur d’art, il collectionnait depuis des années des œuvres de peintres allemands contemporains et était connu comme un expert sur le marché de l’art.

Né dans la petite ville calme de Bonn, Guido Westerwelle aimait les métropoles: New York, Hongkong, aussi Istanbul et Tel Aviv.

Des idées bien formulées

Westerwelle restera dans les mémoires comme un brillant orateur capable d’habiller ses idées dans des formules frappantes allant droit au but: "Social est ce qui crée des emplois", aimait-il répéter au Bundestag et aussi: "Quand les caisses sont vides, il n’y a rien à distribuer!" Une autre citation légendaire: "Cela ne nuit à personne dans la vie de fréquenter d’autres écoles que l’auto-école!"

Il est lui même un exemple modèle: par son zèle, sa ténacité et son sens du devoir, il a gravi des échelons jusqu’à un sommet du monde politique.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !