1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Début du procès des poseurs de bombes à Düsseldorf

Deux Libanais comparaissent pour un attentat manqué dans des trains régionaux allemands. Jihad Hamad et Youssef al Hadj Dib ont été condamnés à 12 ans de réclusion et à la prison à vie par un tribunal de Beyrouth.

default

Youssef Mohamed El Hadj Dib lors de son procès au tribunal de Düsseldorf.

Youssef Mohamed al Hadj Dib, jugé par contumace, avait été condamné dans un premier temps à la peine de mort, mais cette peine a été commuée en prison à perpétuité. Quant à l’autre accusé, Jihad Hamad, âgé de 23 ans, il a été condamné à 12 ans de prison pour tentative de meurtre. Trois autres accusés ont été acquittés : Khaled al-Hajj Dib, Ayman Hawwa, et Khalil Boubou. Le sixième suspect, Saddam al-Hajj Dib, est mort le 21 mai lors d'affrontements entre les forces de l'ordre libanaises et le groupe Fatah al-Islam à Tripoli.

A Düsseldorf, le procès des deux principaux suspects s’est ouvert aujourd’hui. D’après le parquet allemand, chacun des deux hommes a déposé un sac contenant une bombe dans des trains à destination de Cologne : l’un à Coblence et l’autre à Dortmund. Lors d’une audience préliminaire au mois de mars, Jihad Hamad avait expliqué qu’il comptait ainsi se venger de la publication de caricatures du prophète Mahomet dans différents journaux européens. Les enquêteurs évoquent également comme autre motivation la mort en juin 2006 d’Abou Moussab al Zarqaoui, chef d’al Qaida en Irak. Les bombes devaient être déclenchées simultanément mais elles n’ont pas fonctionné en raison d'une défaillance technique. Rainer Griesbaum est vice procureur général :

« L’intention des coupables, nous le savons grâce à une déposition faite par son complice détenu à Beyrouth, était de tuer le plus de gens possibles dans les trains régionaux. Nous devrions nous réjouir du fait qu’ils n’y soient pas parvenus. »

Les deux hommes ont été identifiés grâce aux caméras de surveillance vidéo placées dans la gare de Cologne. Après avoir déposé les bombes dans les trains, ils auraient pris l’avion pour Istanbul puis Damas avant de rejoindre le Liban. Youssef Mohamed al Hadj Dib, qui n’a jamais reconnu les faits, a été interpellé le 19 août à Kiel, dans le nord de l’Allemagne, où il était revenu pour reprendre ses études. Jihad Hamad, lui, a été arrêté cinq jours plus tard à Tripoli, grâce à des informations des services secrets libanais.