1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Début de l'évacuation des migrants de Calais

Les autorités françaises ont commencé à évacuer 6000 à 8000 migrants du bidonville de Calais. Pour la plupart, ils sont emmenés par car dans des centres d'accueil disséminés sur le territoire.

Écouter l'audio 02:06

"N'importe où mais pas ici" (un migrant soudanais)

C’est une première en Europe. L’évacuation du bidonville de Calais, dans le nord de la France, a commencé ce matin. Les forces de l'ordre ont été déployées en nombre. Des dizaines de cars ont été affrétés, pour transporter, en trois jours, entre 6000 et 8000 migrants clandestins et demandeurs d’asile qui vivaient dans ce camp, dans l’espoir de gagner un jour l’Angleterre.

Après quelques heurts dans la nuit, ce matin, quand la grille de ce qu’on surnomme "la jungle" a été ouverte, le début de l’évacuation s’est déroulé comme prévu. Des bénévoles tentent d'informer et de rassurer les migrants. Fabienne Buccio, préfète du Pas-de-Calais, est satisfaite du début des opérations: "On a ouvert à l'heure prévue, dans le calme".

Accords franco-britanniques

Les accords du Touquet, passés entre la France et la Grande-Bretagne en 2003, stipulent que chacun des deux pays peut effectuer des contrôles d’immigration sur le territoire de l’autre. Si la demande d’asile est déposée avant le départ du navire vers l’Angleterre, c’est à la France de la traiter. Quant aux clandestins, ils risquent fort d’être contrôlés à bord des camions dans lesquels ils se cachent, avant le passage de la frontière. Ou d'être refoulés par les Britanniques. Ce qui explique qu'ils soient si nombreux, sur le sol français. Ce Soudanais, en tout cas, n'est pas triste de quitter Calais  :

"N’importe où en Europe, c’est pareil pour moi mais pas ici… Ce n’est pas bon pour les Soudanais. Ils refusent nos dossiers, on dort dehors. Là, je vais dans une grande ville, on verra. Donnez-moi un vrai toit, une école, ça me suffit."

Des mineurs isolés envoyés à Londres

La plupart des migrants de Calais sont conduits dans des centres d'accueil, ailleurs en France. Mais parmi les enfants isolés, 80 ont été conduits en car à Londres, dès dimanche. La Grande-Bretagne s'est engagée à accueillir 500 mineurs ayant des proches sur son sol. Certains élus et militants associatifs britanniques critiquent pourtant l’impréparation des autorités, à l’instar de Stephen Cowan, qui préside le conseil du district londonien de Hammersmith and Fulham.

"Nous avons contacté le gouvernement en août pour signaler qu’on avait de la place pour accueillir des migrants. Ils nous ont recontactés seulement en fin de semaine dernière pour nous dire que des enfants allaient arriver, qu’ils devaient être pris en charge par des travailleurs sociaux puis placés dans des familles d’accueil."

Les adultes qui rêvent toujours d’aller en Grande-Bretagne, eux, ont peu de chance de voir leur souhait exaucé et devront s’accommoder d’une nouvelle vie en France. Chaque kilomètre en car les éloigne un peu plus de la frontière britannique.
 

 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !