1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Débat sur le minimum d'existence en Allemagne

Quel est le montant minimum pour survivre en Allemagne ? Selon le tribunal social fédéral , 345 euros par mois suffisent. C’est la somme d’argent allouée par l’Etat aux chômeurs de longue durée depuis la mise en place de la réforme du marché du travail Hartz IV, et le tribunal a confirmé hier que cette somme était adéquate. Est-ce là trop, est-ce trop peu ? Les avis divergent dans la société comme dans la classe politique. Et dans les journaux allemands, le débat est vif.

345 euros par mois : assez pour survivre en Allemagne ?

345 euros par mois : assez pour survivre en Allemagne ?

La Süddeutsche Zeitung, journal de centre gauche, souligne que le minimum d’existence en Allemagne n’est pas le même pour tous. Quand il s’agit de la pension à verser à une femme et des enfants, la somme est fixée à 840 euros par mois. Un chômeur de longue durée a visiblement un minimum d’existence beaucoup plus bas, et doit s’en sortir avec 345 euros par mois, en plus de son loyer qui lui est payé. Et pour un demandeur d’asile, le seuil est fixé encore plus bas. Le journal fait donc les comptes : un chômeur peut dépenser par jour 3,69 euros pour se nourrir, 60 cents pour prendre les transports en commun et il dispose de 0,05 euros pour acheter des chaussures à ses enfants. Comment l’Etat est-il arrivé à de tels chiffres ? Réponse de la SZ : Avec un calcul des coûts de la vie qui ne reflète pas la situation actuelle, mais qui se base sur des chiffres qui datent d’il y a huit ans.

Le journal conservateur Die Welt voit bien sûr les choses différemment : 345 euros plus le loyer assurent en Allemagne le minimum d’existence, le tribunal l’a décidé hier, écrit le quotidien. Etant donné la vague de procès concernant les nouvelles allocations pour le chômage et l’aide sociale, il serait peut-être bon de rappeler qu’il devrait s’agir uniquement d’une prestation pour les personnes dans le besoin, financée par les contribuables. Mais aujourd’hui beaucoup considèrent le système d’allocations comme un self-service, et ils pourraient à la longue ruiner l’Etat social. Un Etat qui s’occupe de ses citoyens, poursuit le journal, doit les rendre capables de se prendre en charge eux-mêmes. Et dans la société mondialisée d’aujourd’hui, cela passe avant tout par l’éducation, c’est là que l’Etat doit investir.

Enfin la Tageszeitung rappelle que la réforme du marché du travail était censée améliorer la situation, mais que les allocations chômage deviennent petit à petit l’une des aides sociales les plus controversées de l’histoire du pays. Le quotidien alternatif de gauche estime que le problème se trouve ailleurs : selon lui, ce sont les salaires des emplois peu qualifiés qui sont trop bas. En effet, un père de famille qui travaille à plein temps dans une usine, gagne à peine quelques centaines d’euros de plus qu’un chômeur qui vit avec sa famille de l’aide sociale.

  • Date 24.11.2006
  • Auteur Aude Gensbittel
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2iT
  • Date 24.11.2006
  • Auteur Aude Gensbittel
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2iT
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !