1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Cuba ouvre un peu ses frontières

La presse s'intéresse à la levée, par les autorités de Cuba, des restrictions concernant les voyages à l'étranger. A partir de janvier, la plupart des Cubains n'auront besoin que d'un passeport pour quitter l'île.

Pour die tageszeitung, l'Etat cubain a réussi un coup médiatique en annonçant une loi sur la "liberté de voyager pour les Cubains". Mais quand on y regarde de plus près, on voit bien que cette liberté n'est que façade. C'est écrit noir sur blanc dans le préambule : l'émigration de personnel qualifié doit être évitée.

De nombreux Cubains ont appris la nouvelle dans la presse

De nombreux Cubains ont appris la nouvelle dans la presse

La seule réelle nouveauté est que ceux qui peuvent déjà voyager le feront plus facilement puisqu'il n'y aura plus besoin d'invitation de l'étranger. Mais les dispositions concernant la démarche et surtout les conditions liées à l'obtention d'un passeport montrent que l'Etat cubain va continuer d'exercer un contrôle sévère sur ses concitoyens.

Une fois de plus, certains citoyens cubains sont plus égaux que d'autres, commente la Frankfurter Neue Presse. Les catégories professionnelles hautement qualifiées, telles que les médecins par exemple, ne pourront pas quitter le pays comme ils le souhaitent. Cuba justifie cette restriction par la volonté de "protéger le capital humain de la Révolution contre le vol des talents par les puissants". Les dissidents, quant à eux, vont continuer de bénéficier d'un traitement particulier, au sens négatif du terme.

Selon Die Welt, le régime de Raúl Castro ne prend pas trop de risque en ouvrant ses frontières. La plupart des Cubains sont trop pauvres pour pouvoir quitter l'île. Et même si un million de Cubains sont installés en Floride d'où ils soutiennent leurs familles restées au pays, les Etats-Unis ne sont pas la Terre promise. Malgré tout, le journal voit dans cette ouverture un signe d'espoir.

Désormais, un simple passeport sera nécessaire pour sortir du pays. Mais est-ce vraiment aussi simple?

Désormais, un simple passeport sera nécessaire pour sortir du pays. Mais est-ce vraiment aussi simple?

Cuba est comme une cocotte-minute, résume la Süddeutsche Zeitung. Quand la pression monte trop, le gouvernement relâche un peu la soupape. Raúl Castro se plie à une réalité que son frère Fidel a toujours ignorée : ce n'est pas parce qu'ils se sentent politiquement opprimés que de nombreux Cubains quittent l'île mais c'est parce qu'ils aimeraient pouvoir vivre ailleurs comme ils l'entendent. Malgré les efforts pour redresser l'économie du pays, celle-ci est au bord du gouffre. L'ouverture, aussi modeste soit-elle, est donc une nécessité. Le quotidien conseille aux Etats-Unis de revoir leur politique de boycott envers l'Etat cubain. Plus de 50 ans après la révolution, l'invasion et la crise de Cuba, il est temps de marquer un tournant.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !