1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Crise au Soudan du Sud : appel de l'ONU

La chef de la mission des Nations Unies dans le pays appelle la communauté internationale à faire davantage pression sur les camps de Salva Kiir et Riek Machar qui ne respectent pas leurs engagements pris en Ethiopie.

Südsudan Flüchtlingslager

Dans les camps de déplacés, les conditions de vie sont déplorables

Le président Salva Kiir et son ancien vice-président, Riek Machar, s'affrontent depuis décembre dernier pour le pouvoir. A quelques jours de la fin de son mandat à la tête de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (Minuss), Hilde Jonhson appelle la communauté internationale à accroître la pression sur les deux parties.

Pour Hilde Jonhson, le temps presse et il est du devoir du Conseil de sécurité et de tous les États membres de mettre la pression sur Salva Kiir et Riek Machar afin que la paix revienne dans le pays.

Machar und Kiir in Addis Abeba

Machar et Kiir à Addis Abeba, en mai 2014

Mais en attendant, Hilde Johnson affirme qu'elle assume toutes les actions que sa structure a menées dans ce pays pour protéger les populations :

« Nous avons décidé d'accueillir sur notre base des milliers de personnes qui cherchaient refuge et protection, et de les protéger. Si nous ne l'avions pas fait, la situation aurait pris des proportions incontrôlables et par rapport à cela, je pense que nous avons pris la bonne décision.»

Des engagements en l'air

Le 10 juin dernier, Salva Kiir et Riek Machar s'étaient engagés à appliquer un accord de cessez-le-feu conclu à deux reprises mais jamais respecté ainsi qu'à former un gouvernement de transition devant mettre fin au conflit. Mais le différend perdure et ce sont les populations qui en pâtissent.

Südsudan Flüchtlingslager in Bor

Plus de troupes pour protéger les populations

C'est pourquoi Hilde Johnson demande davantage de moyens pour assister les populations :

« Dans l'histoire des forces de maintien de la paix, c'est la première fois que des forces protègent les populations, plus de 100 000 réfugiés. La situation est difficile et nos forces fournissent des efforts herculéens pour les protéger. Et nous avons encore besoin de beaucoup plus de forces pour protéger ceux qui sont dans les endroits les plus reculés. »

Hilde Johnson exige par ailleurs que ceux qui violent les droits de l'Homme au Soudan du Sud rendent des comptes car d'après elle, l'impunité ne mènera pas à la réconciliation à l'issue du conflit. L'ONU accuse les partisans du président Salva Kiir et de son rival Riek Machar d'avoir commis de nombeux crimes contre l'humanité.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !