Courage et liberté... | Vu d′Allemagne | DW | 27.04.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Courage et liberté...

La presse d'aujourd'hui revient sur le refus du président allemand de se rendre en Ukraine, ainsi que sur la décision de Bruxelles de collecter et de conserver les données de tous les passagers des vols intra-européens.

L'engagement de Joachim Gauck en faveur de la démocratie n'est pas feint

L'engagement de Joachim Gauck en faveur de la démocratie n'est pas feint

Désormais, critique la Süddeutsche Zeitung, on paiera son billet d'avion avec des euros mais aussi avec ses données personnelles. En clair, place au soupçon généralisé. Pour des raisons de sécurité et de lutte contre l'immigration clandestine, les frontières extérieures et intérieures de l'Europe doivent être plus sévèrement gardées, encore plus verrouillées. Voilà une nouvelle manière de faire aimer l'Europe aux Européens !

Symbolbild Ortsausgangsschild von Schengen

L'esprit de Schengen est-il menacé ?

C'est vrai, l'espace Schengen et sa liberté de déplacement incarne l'idéal qui a présidé à la naissance de l'Union Européenne, explique la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Ce progrès ne doit toutefois pas dissimuler les faiblesses de ce système. Il ne s'agit pas ici seulement d'immigration illégale, mais aussi de criminalité transfrontalière. La question est de savoir qui, en cas d'urgence, doit rétablir les contrôles pour une période déterminée : les gouvernements nationaux ou Bruxelles ? Pourquoi ne pas laisser l'initiative aux pays concernés, sous contrôle de la Commission Européenne ? Cela aurait pour avantage de servir la sécurité, de couper l'herbe sous le pied des populistes et d'éviter tout abus.

Le quotidien de Francfort ajoute que c'est au nom justement de la démocratie européenne que Joachim Gauck, le président allemand, a refusé de se rendre au sommet de Yalta.

Der neu gewaehlte DFB-Praesidenten Wolfgang Niersbach

Le Président de la DFB s'engage-t-il vraiment en faveur de Julia Timochenko ?

Ce qui fait dire à die Welt : ce refus de se rendre en Ukraine est un signal fort adressé à Victor Janukovitch, mais aussi à l'Allemagne. Pour Joachim Gauck, ce qui se passe dans l'Est de l'Europe ne doit pas nous laisser indifférent. Avec ce refus, le président allemand démontre que ses discours ne sont pas des paroles en l'air. Ce refus de se rendre à Yalta est un acte de courage et de liberté. Le courage de faire passer dans les actes son idéal de liberté.

Dans ce contexte, die tageszeitung pointe du doigt la récente déclaration de la DFB, la Fédération allemande de Football, qui refuse de disputer la prochaine Coupe d'Europe en Ukraine tant que Julia Timochenko ne pourra pas se faire soigner en Allemagne. Une fédération sportive qui découvre les Droits de l'Homme, c'est nouveau. En réalité, la DFB ne fait qu'obéir à la chancelière qui utilise le football comme un levier pour donner plus de poids à son engagement en faveur de l'opposante ukrainienne, conclut le quotidien de Berlin.

Auteur : Christophe Lascombes
Édition : Yann Durand

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !