1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Dossier

Coupe du Monde: Bilan

La première Coupe du Monde organisée en Afrique s'est achevée dimanche. L'heure est venue de tirer un bilan, à la fois sur l'organisation générale de ce Mondial et sur la compétition.

default

« Les Sud-Africains peuvent être fiers de ce qu'ils ont réalisé. […] Je donnerais une note de 9 sur 10, ce qui dans n'importe quelle université vaudrait les félicitations du jury ». C'est avec ces mots que Sepp Blatter, le président de la FIFA, a clos la 19e Coupe du Monde de football. Cette première sur le continent africain a permis, de l'avis général, d'améliorer l'image de l'Afrique et des Africains, qui répètent volontiers qu'ils ont été « capables de faire aussi bien que les Blancs ». Certes, cette Coupe du Monde a été très réussie du point de vue de l'organisation, à voir maintenant ce que va être le futur des Sud-Africains. Des efforts considérables ont été faits pour la construction des stades et la rénovation des infrastructures, mais pas sûr que les stades, par exemple, soient rentables avec le temps. De même, l'activité touristique n'a pas été aussi florissante que ce qu'on attendait; au final, le manque à gagner va être comblé par le contribuable sud-africain, qui va devoir mettre la main à la poche, comme à la fin de (presque) chaque grande compétition (cf. les Jeux Olympiques d'Athènes en 2004, où la Grèce avait investi 9 milliards d'euro, qui peinent à être remboursés par les Grecs). Ce problème risque sûrement d'en faire ressurgir d'autres, qui avaient été plus ou moins « balayés sous le tapis » durant la compétition, comme le problème de la xénophobie.

Südafrika Fußball Weltmeisterschaft Abschlussfeier 2010 Spanien Flash-Galerie

La Coupe du Monde s'est achevée à Soccer City dimanche soir. On verra quelles en seront les conséquences pour le peuple sud-africain

Quelques chiffres...

145 buts en 64 rencontres, soit 2,27 buts en moyenne par match. Cette compétition a été l'une des moins prolifiques de l'histoire de la Coupe du Monde. Malgré un spectacle pas toujours de qualité et malgré les vuvuzelas, les spectateurs ont été au rendez-vous. L'Afrique du Sud a accueilli dans ses stades plus de 3 millions de personnes, ce qui en fait la 3e meilleure affluence de l'histoire du Mondial, derrière les Etats-Unis en 1994 et l'Allemagne en 2006. Enfin, certaines chaînes de télévision ont même battu des records d'audience; dernier exemple en date: aux Etats-Unis, où la finale Espagne-Pays-Bas a été suivie par 24,3 millions de téléspectateurs sur les chaînes ABC et Univision (pour les hispanophones). Enfin, zéro, comme le nombre défaites subies par les Kiwis dans ce tournoi: la Nouvelle-Zélande est la seule équipe à finir la Coupe du Monde invaincue.

Top équipes

Les équipes arrivées dans le dernier carré sont évidemment celles qui sont les grandes gagnantes de ce Mondial. Toutes sont arrivées à ce stade car elles ont privilégié l'esprit de groupe à celui des individualités. A commencer par l' Uruguay; même si la Celeste s'est qualifiée de manière très laborieuse face au Ghana en quarts de finale (l'épisode la fameuse main de Suarez à la 120e minute), les Uruguayens se sont montrés certes très combatifs, très volontaires, mais aussi très loin de leur image de brutes qui leur collait à la peau. Ils ont offert un football très séduisant, à l'image de leur attaquant Diego Forlan.

Fußball WM 2010 Niederlande Uruguay

Les supporters de la Celeste ont de quoi être fiers: l'Uruguay a fini 4e dans le tournoi, devant le Brésil et l'Argentine

Les Pays-Bas ont eux aussi rompu avec leurs traditions; autrefois connus pour leur football ultra-offensif ainsi que leur arrogance, les Néerlandais sont apparus métamorphosés sous l'impulsion de l'entraîneur Bert Van Marwijk. Fini les fantaisies en attaque, le ballon remonte les lignes les unes après les autres, et avec la paire défensive Van Bommel-De Jong pour contrôler le milieu de terrain, l'arrière-garde peut être sereine. Au final, les Pays-Bas ont battu tous leurs adversaires, et ne se sont inclinés que face à l'Espagne en finale.

L' Espagne justement, qui se trouve être l'équipe la plus complète de ces trois dernières années. Que ce soit l'Euro 2008 ou la Coupe du Monde 2010, que ce soit Luis Aragones ou Vicente del Bosque aux commandes, la Roja est globalement apparue sereine. Un jeu certes moins spectaculaire qu'il y a deux ans, mais toujours tout en maîtrise. Et même si l'Espagne a battu tous ses adversaires sur la plus petite des marges (1-0) lors de la seconde phase, elle n'a jamais vraiment été inquiétée. Après sa victoire à l'Euro 2008, l'Espagne a mérité cette fois-ci de remporter le Mondial et ainsi d'avoir le droit de broder une première étoile sur son maillot.

Fußball WM Finale Spanien Niederlande Weltmeisterschaft No-Flash

L'Espagne est devenue le huitième pays à remporter la compétition

Les bonnes surprises

Mis à part les demi-finalistes, beaucoup d'équipes ont procuré du plaisir aux spectateurs du monde entier. Les Etats-Unis par exemple. Loin de leur cliché d'hommes « supérieurs », les Américains ont été très vaillants, ont produit du beau jeu et ont su conquérir le cœur du public grâce à de superbes prestations, comme leur remontée au score face à la Slovénie (score final 2-2) ou bien encore leur victoire sur le fil face à l'Algérie (1-0), victoire grâce à laquelle ils ont composté leur billet pour les huitièmes de finale.

Du beau football, c'est aussi ce qu'a proposé le Chili dans ce tournoi. Avec Marcelo « El Loco » (Le Fou) aux manettes, les Chiliens n'ont cessé de jouer vers l'avant, se créant de nombreuses occasions, mais ayant quelque peu péché dans la finition. Il n'empêche, l'autre Roja a montré qu'elle avait réduit l'écart avec les deux autres géants sud-américains que sont l'Argentine et le Brésil, même si elle a explosé face à cette dernière en huitièmes de finale (3-0).

WM 2010 Südafrika Achtelfinale - Brasilien gegen Chile Flash-Galerie

Marcelo Bielsa, « El Loco »

C'est le Mexique qui a été la victime du « géant » argentin. Après un premier tour relativement tranquille, les Mexicains sont certes tombés face aux Argentins (3-1), mais ils ont par moments fait douter l'Albiceleste. On les retrouvera sûrement en 2014 au Brésil, avec une jeune garde (Vela, dos Santos, Hernandez, Guardado) qui aura mûri.

Plus de maturité, c'est ce qu'on attend aussi de la part de la Slovaquie. Avec sa jeune génération de joueurs emmenée par Marek Hamsik, la Repre a réussi à s'extirper de son groupe, en battant les champions du monde en titre italiens (3-2). Une maturité qui lui a malheureusement fait défaut face aux Pays-Bas; les Slovaques ont été impressionnés, et ont quelque peu laissé les Néerlandais contrôler le jeu. Qui sait ce que cette équipe nous réserve dans les années à venir…

WM100617 Frankreich Mexiko

Javier Hernandez, l'avenir du Mexique

Personne n'avait attendu le Japon en huitièmes de finale, surtout après leur catastrophique campagne de matches amicaux. Mais les Samurai Blue, coachés par Okada, ont montré qu'ils étaient présents dans les grands rendez-vous, et c'est grâce à l'activité de joueurs tels que Tulio Tanaka, Honda ou encore Matsui qu'ils ont franchi les poules, avant de se faire éliminer par le Paraguay en huitièmes lors de la séance de tirs au but.

Le Paraguay, justement, confirme son statut d'équipe toujours difficile à manoeuvrer. Avec un bilan de deux buts encaissés en cinq rencontres, les Paraguayens ont donné pas mal de fil à retordre à leur adversaires. Si seulement l'animation offensive avait été aussi effective que la défense, les Paraguayens auraient pu barrer la route aux futurs champions du monde espagnols…

Flop équipes

Pas de champion du monde en titre au second tour. C'est la curieuse performance qu'a réussi à réaliser l' Italie. Quatre ans après la victoire finale, le système de Marcelo Lippi a failli. Lui qui avait réussi à remporter la Coupe du Monde alors que le football italien était plongé dans de nombreux scandales (Calciopoli) n'a pas réussi à rééditer cette performance, la faute notamment au manque de leaders dans l'effectif, mais aussi parce qu'il s'est entêté à vouloir aligner des joueurs de son club de toujours, la Juventus de Turin, pourtant auteur d'une saison plus que moyenne.

Un entraîneur décrié, des joueurs qui refusent de s'entraîner, des scandales à tout bout de champ, des prestations exécrables sur et en dehors du terrain: rien, pas même un miracle, n'aurait pu sauver cette équipe de France. Auteurs d'un Mondial pitoyable au vu de la qualité des joueurs, les Bleus ont quitté le Mondial par la (très) petite porte. Et cela a eu des répercussions sur l'ensemble du football français. Espérons que ces problèmes seront réglés le plus vite possible. En attendant, on ne peut que souhaiter beaucoup de courage au nouveau sélectionneur Laurent Blanc.

Frankreich WM Spieler Streik

Les joueurs français quittant l'entraînement, l'une des images les plus saisissantes du Mondial

Il ne faisait pas bon être un « Mister » cette année. Que ce soit en Italie, avec Lippi, ou bien en Angleterre, avec Capello. Bien que bénéficiant de nombreux joueurs de qualité, Don Fabio n'a su régler des problèmes de base de sa sélection: quand est-ce que les Three Lions auront dans leurs rangs un gardien de but digne de ce nom ? Comment faire jouer ensemble les deux monstres du milieu de terrain que sont Steven Gerrard et Franck Lampard ? Des problèmes qui semblent être insolubles…

Certes, l'Angleterre aurait pu connaître un autre sort si le but de Lampard lui avait été accordé face à l'Allemagne. Mais au final, les Allemands n'ont rien lâché, et ont mangé les Anglais tout cru en huitièmes de finale (4-1). Un tour plus tard, la Mannschaft a remis ça face à l' Argentine (4-0). L'Albiceleste avait pourtant tout pour réussir son Mondial…en apparence, seulement. Après avoir négocié tranquillement son premier tour, l'Argentine a éprouvé ses premiéres difficultés face au Mexique, avant de sombrer complètement face à la Mannschaft. Les absences de joueurs comme Cambiasso et Zanetti, pourtant auteurs d'une saison remarquable avec l'Inter de Milan, se sont faites sentir dans une « équipe » coupée en deux, et où le pauvre Mascherano n'a pas réussi à faire le lien entre ce qui se trouvait devant et derrière la ligne médiane.

Fußball WM 2010 England Deutschland

Fabio Capello n'aura pas réussi à transmettre son génie à l'équipe d'Angleterre

En se passant de joueurs comme Adriano, Ronaldinho et Pato, capables d'apporter un brin de folie dans cette équipe du Brésil, Dunga a montré qu'il était un entraîneur qui collait parfaitement à son image de joueur: austère et sans aucun style. Et cela s'est ressenti: il a fallu attendre les quarts de finale pour voir la plus belle occasion de la Selecao. Les quarts de finale, terminus pour des Brésiliens dont le symbole était Felipe Melo: un joueur dur sur l'homme et sans aucun style non plus.

Des stars qui ont déçu

Il y a des équipes qui ont déçu, des stars aussi. La plupart ont démontré une fois de plus que ce n'est pas parce qu'on est performant en club qu'on l'est forcément en sélection aussi, surtout après avoir joué plus d'une cinquantaine de matches dans la saison (Cristiano Ronaldo, Messi, Rooney). D'autres avaient sans doute la volonté de bien faire, mais ont été dépassés par l'événement (Eto'o, Kaka) voire même pas tout à fait en forme au début du tournoi (Drogba, Torres). Enfin, d'autres avaient la tête ailleurs (Ribery, Anelka), ou bien étaient simplement là par défaut (Cannavaro).

Fußball WM 2010 Spanien Portugal

Cristiano Ronaldo, un petit Mondial et puis s'en va...

Top joueurs

Ce sont plutôt des stars de second rang qui se sont illustrées lors de ce Mondial, des joueurs qui se sont parfaitement fondus dans leur effectif et qui ont accompli de formidables exploits. David Villa a marqué cinq des huit buts de l'Espagne dans ce tournoi; Diego Forlan, lui aussi auteur de cinq buts, s'est multiplié sur le terrain et aurait pu finir en tête du classement des buteurs si son coup-franc contre l'Allemagne à la dernière minute ne s'était pas échoué sur la transversale. Wesley Sneijder a confirmé sa bonne saison avec l'Inter Milan et a montré qu'il pouvait être le patron dans cette équipe néerlandaise. Enfin, Landon Donovan (Etats-Unis) et Robert Vittek (Slovaquie) ont porté leurs sélections à bout de bras, et sont tombés avec les honneurs.

Fußball WM 2010 Südafrika Spiel um Platz 3 Deutschland Uruguay

Diego Forlan, l'homme à tout faire de la Celeste, élu meilleur joueur du tournoi

De jolies découvertes

La Coupe du Monde est toujours l'occasion pour les clubs de football de « faire leur marché » et également de découvrir de véritables pépites, qu'elles soient jeunes ou non. C'est le cas du gardien Eduardo (Portugal), qui a tout fait pour empêcher les Espagnols de marquer, en vain. Son compatriote Coentrao a multiplié les débordements sur son aile gauche, tout comme Carlos Salcido, à ceci près que le Mexicain possède une superbe frappe, comme il l'a montré à plusieurs reprises. Une patte gauche magnifique, c'est aussi le point fort de Keisuke Honda (Japon), qui confirme sa bonne saison avec le CSKA Moscou en Ligue des Champions. Le virevoltant Hernandez (Mexique) avait tapé dans l'œil de Sir Alex Ferguson bien avant le Mondial, et, comme toujours, l'éternel entraîneur de Manchester United a montré qu'il avait du flair à revendre. Virevoltant, c'est aussi le qualificatif que l'on pourrait employer pour Alexis Sanchez (Chili), dont la vitesse, la technique et l'insouciance rappellent Cristiano Ronaldo à ses débuts. Souvent décrié pour son sale caractère, Kevin Prince Boateng (Ghana) a montré qu'il n'était pas un piètre footballeur, bien au contraire, et devrait quitter Portsmouth très rapidement. Enfin, le Bayern de Munich se serait renseigné auprès de l'Olympique de Marseille pour savoir combien valait André Ayew (Ghana), le fils du mythe Abedi Pelé, auteur d'intéressantes prestations malgré son jeune âge (19 ans).

Kevin Prince Boateng Flash-Galerie

Kevin Prince Boateng, bad boy dans l'âme, mais talentueux footballeur

Un carton pour l'arbitrage?

Outre le vacarme assourdissant provoqué par les vuvuzelas, l'autre point noir de cette Coupe du Monde fut bien entendu les erreurs d'arbitrage qui ont plombé certaines rencontres. Certains arbitres n'étaient pas à la hauteur; mais faut-il pour autant imposer l'arbitrage vidéo de façon systématique ? N'existe-il pas d'alternatives, comme par exemple l'instauration d'arbitres de surface, expérience qui s'est avérée concluante en Europa League cette saison ? On en saura plus après le prochain sommet de la FIFA, qui se tiendra les 21 et 22 juillet prochains à Cardiff.

Les équipes africaines

Mis à part le Ghana qui a réussi à atteindre les quarts de finale (et qui aurait sans doute mérité mieux), les équipes africaines ont déçu. Sans doute tétanisées par l'événement, aucune d'entre elles n'a fait bonne figure. L'Afrique du Sud est devenue le premier pays organisateur à ne pas passer le stade des poules. Le Cameroun a connu trois défaites en trois matches, et la gestion de Paul le Guen a été si mauvaise que le vestiaire a fini par exploser. La Côte d'Ivoire était certes dans un groupe difficile, mais aurait pu espérer un meilleur sort si d'entrée elle avait osé dans ce Mondial contre le Portugal. Des soupçons de corruption règnent autour du Nigeria, dont l'équipe a failli être sanctionnée par la FIFA après que le président Goodluck Jonathan a décidé de la suspendre pendant deux ans. Enfin l'Algérie a fini dernière de son groupe et n'a marqué aucun but, et n'a pas montré grand-chose lors de ce Mondial, si ce n'est avoir tenu tête à l'Angleterre.

Fußball WM 2010 - Elfenbeinküste Didier Drogba

Malgré un groupe difficile, Didier Drogba et ses Eléphants sont passés à côté de leur Mondial

La Mannschaft

Thomas Müller a fini co-meilleur buteur du Mondial (5 buts) et co-meilleur passeur (3 passes), Bastian Schweinsteiger finira sûrement dans l'équipe-type de la Coupe du Monde, et des joueurs comme Manuel Neuer, Mesut Özil et Sami Khedira se sont révélés au grand public: pas de doute, la Mannschaft a réussi son Mondial, finissant pour la deuxième fois consécutive meilleure attaque du tournoi (14 buts en 2006, 16 buts en 2010). Mais surtout, elle a été la seule équipe à véritablement soulever les foules durant la compétition, en infligeant deux corrections à l'Angleterre puis à l'Argentine. On dit d'ailleurs de Diego Maradona qu'il est encore sous le choc de cette défaite, qu'il est cloîtré chez lui…

NO FLASH Fussball WM 2010 Mannschaft Deutschland

Mesut Özil et Thomas Müller: la jeune garde est au pouvoir, et pour longtemps

C'est donc une belle Mannschaft que l'on a vu jouer cette année, rompant totalement avec la tradition. Fini les longs ballons en avant, l'Allemagne se veut technique aujourd'hui. Elle se veut jeune également: avec une moyenne d'âge de 24,6 ans, la Mannschaft était l'une des plus jeunes équipes du tournoi. Le pari de la formation, copié sur le modèle français et lancé au début des années 2000 a payé: les Allemands jouent sans complexe en dépit de leur jeune âge et de leur inexpérience. Il ne faut pas oublier que cette équipe a été le reflet de la société allemande, avec 11 joueurs sur 23 d'origine étrangère. Jeunesse et mixité: la Mannschaft a sans aucun doute un bel avenir devant elle…

Auteur : Ali Farhat
Edition : Elisabeth Cadot