Coup de filet dans les milieux d′extrême droite | Vu d′Allemagne | DW | 24.08.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Coup de filet dans les milieux d'extrême droite

A la Une de la presse : le vaste coup de filet contre des militants d'extrême droite dans la région de Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

En plein débat sur l'interdiction du parti d'extrême droite NPD, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie a frappé un grand coup, écrit la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Outre la saisie d'armes et de documents, l'opération contre les milieux néo-nazis dans la région la plus peuplée du pays a également permis de mettre en lumière les liens étroits qui existent entre ces milieux et le NPD. Par ailleurs, elle prouve que le phénomène de l'extrême droite n'est pas cantonné aux seuls Länder de l'ex-Allemagne de l'Est, comme on l'affirme souvent. Il existe bel et bien aussi à l'ouest, en particulier dans les zones où le chômage est élevé, où le taux de formation est faible et où la xénophobie est monnaie courante.

C'est sur ce genre de terreau que les néo-nazis prospèrent, quitte à recourir à la violence, rappelle Die Tageszeitung. Dans la ville de Dortmund, par exemple, ils viennent semer la pagaille dans des manifestations syndicales, ils attaquent des bars réputés être des QG pour des militants de gauche. Ils vont même jusqu'à terroriser des familles pour les pousser à déménager. Mais il n'y a pas qu'à Dortmund que les néo-nazis sévissent : entre janvier et juin 2012, les autorités régionales ont recensé plus de 1.500 délits liés aux milieux d'extrême droite. Et elles ont bien l'intention désormais de lutter activement contre le phénomène. Même si l'opération menée mercredi n'est sans-doute pas dénuée d'intérêts politiques, elle reste essentielle car fermer les yeux c'est renforcer les néo-nazis.

La Süddeutsche Zeitung revient, elle, sur le projet de loi destiné à améliorer le dépistage du cancer. Si le journal salue l'idée d'un fichier national de données sur les patients, il critique en revanche la façon dont les autorités présentent les dépistages précoces. Il est faux d'affirmer que plus les gens iront faire des examens préléminaires, moins il y aura de nouveaux malades. Les dépistages n'ont de sens que s'ils permettent d'améliorer la qualité de vie du patient et d'allonger son existence. Mais contrairement à ce qu'affirme le gouvernement allemand, ces cas-là sont très rares.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !