1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Corruption : des paroles mais pas des actes

De nombreux gouvernements du monde disent vouloir lutter contre la corruption. Or le fléau suit une courbe ascendante. C'est ce que révèle le nouveau rapport de l'Ong Transparency International publié ce mercredi.

Écouter l'audio 02:00

"Les relations entre la corruption et les inégalités sociales sont surprenantes"

Deux principales remarques se dégagent du document. D'abord, beaucoup de pays ont régressé en comparaison avec le précédent rapport. Ensuite, une tendance notée au niveau de certains gouvernements et qui consiste à faire de grandes annonces en matière de lutte anti-corruption sans joindre l'acte à la parole. "Les gouvernements savent ce que le public ainsi que les banques aiment entendre" affirme Finn Heinrich, directeur de recherche à Transparency International, pour expliquer cet écart entre ce qui est dit et ce qui est fait en réalité en matière de lutte contre la corruption. Cette année encore le rapport concerne 176 pays de par le monde entier qui sont notés chacun sur 100 points.

Nouvelle Zélande et Danemark, bons élèves !

Ainsi la Somalie occupe la dernière place avec 10 points, pécédé du Soudan du Sud avec 11 points, la Libye obtient 14 points et un pays comme l'Afrique du Sud obtient 45 points tandisque l'Allemagne obtient 81 points. La Nouvelle Zélande et le Danemark sont les premiers de la classe avec 90 points chacun.

Le rapport met aussi l'accent sur le lien entre corruption et inégalités sociales. Finn Heinrich de l'Ong Transparency International :

"Pour moi en tant que chercheur, les relations entre la corruption et les inégalités sont surprenantes. Les deux se tiennent solidement et cela crée un cercle vicieux qui amplifie la corruption et l'injustice."

L'expert identifie deux puissants remèdes contre la corruption : la veille citoyenne et la liberté de la presse. En Allemagne, dans l'Etat de Schleswig-Holstein, la veille citoyenne a montré son efficacité comme l'explique Hans-Werner Rogge, en charge de la lutte anti-corruption. L'année dernière, il a reçu 64 cas qui lui ont été signalés, pas par des concernés directs mais de simples citoyens :

Corrupteur et corrompu coupables

"Il n'y a pas de victime en matière de corruption. Il y a celui qui corrompt, et celui qui empoche l'argent. Les deux sont coupables. Aucun d'eux n'est comparable à une victime qui peut donc s'adresser à la police pour déposer une plainte."

La corruption entraîne des pertes immenses pour les Etats. Les conséquences sont palpables en Afrique mais pas seulement... En Occident comme en Asie, les cas de corruption sont légion, notamment dans le secteur du bâtiment et des travaux publics.

Pour établir son rapport sur l'indice de perception de la corruption, l'organisation Transparency International se base sur des expertises et des estimations d'institutions telles que la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, la Fondation allemande Bertelsmann ou l'Ong Freedom House.

 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !