Coquille vide | International | DW | 13.07.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Coquille vide

L'Union pour la Méditerranée fête son premier anniversaire sur un triste bilan : aucun des 200 projets évoqués en matière d'environnement, d'énergie ou d'infrastructures de transports n'a été encore lancé

Soutenue par Nicolas Sarkozy, l'UPM reste un objet politique non identifié

Soutenue par Nicolas Sarkozy, l'UPM reste un objet politique non identifié

Une autoroute de 3000 kilomètres de long entre la Mauritanie et la Lybie. La dépollution de la mer Méditerranée. Ou encore un système d'alerte pour les catastrophes naturelles. Ce sont là trois exemples de projets parmi les centaines que l'Union pour la Méditerranée veut conduire en Afrique. Mais jusque là, rien n'a été lancé. Et un après la naissance de cette Union censée relancer la coopération entre les deux rives de la Méditerranée, personne ne sait vraiment si cette initiative aura un avenir.

Sans oublier non plus le volet politique qui visait un processus de réconciliation entre Israéliens et Palestiniens. Une idée qui a été enterrée par l'intervention israélienne à Gaza à la fin de l'année dernière.

Scepticisme au Maghreb

Dans ce contexte, les pays du Maghreb se montrent assez tièdes. L'Algérie estime qu'elle n'a pas besoin de cette Union et préfère fonctionner avec des accords bilatéraux. La Tunisie garde un silence poli. Quant au Maroc, les élites ne cachent pas leur scepticisme. « Il s'agit d'une Union qui n'a rien de véritablement unie », commente Jawad Kerdoudi, le président de l'Institut marocain des relations internationales. "Une Union entre 43 pays qui, en dehors de leur situation géographique, n'ont rien en commun, si ce n'est le fait d'être au bord de la Méditerranée. Et encore, on trouve de nombreux états européens qui n'ont rien à voir avec la Méditerranée. Il y a aussi des pays riches et des pays pauvres, des pays avec des cultures et des religions différentes. Je ne vois pas comment on peut bâtir une véritable Union avec cela. »

Malgré tout, l'Union pour la Méditerranée essaye de se relancer : il y a eu une réunion au mois de juin par lequel les bailleurs de fonds se sont engagés sur près de 23 milliards d'euros de crédits. Mais encore une fois, on attend la pose de la première pierre du premier projet pour prendre cette Union un peu plus au sérieux.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !