Controverse autour des exportations d′armes | Allemagne | DW | 15.09.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Controverse autour des exportations d'armes

L’Allemagne est l’un des plus importants exportateurs d’armes du monde. Mais le Bundestag, le Parlement allemand, en est rarement mis au courant. L’opposition souhaite plus de clarté de la part du gouvernement.

default

L’opposition allemande demande avant tout une meilleure transparence concernant les exportations d’armes. Elle reproche au gouvernement de mal informer les députés de la chambre basse du Parlement. Ils ne savent pas quelles exportations ont été agrées ces derniers mois, contrairement à leurs homologues britanniques, suédois ou néerlandais.

Le Bundestag attend d'ailleurs toujours le rapport des exportations de 2010. Selon certaines voix dans l'opposition, ce retard aurait pour effet de diminuer l'impact politique des informations publiées.

Angela Merkel Saudi Arabien Mai 2010

La chancelière Angela Merkel en discussion avec le roi saoudien Abdallah

Des blindés pour Riyad

L'exemple le plus récent date de juillet : à l'époque, la presse allemande avait révélé que le gouvernement aurait autorisé la livraison de 200 chars d'assaut allemands en Arabie Saoudite. Un commerce controversé étant donné que l’Arabie Saoudite avait utilisé des blindés pour aider le Bahreïn à réprimer les manifestations. Le gouvernement allemand refuse de commenter cette information. Son argument : la décision d’une exportation d’arme est protégée par le secret d'Etat.

Mais des militants pour le respect de la démocratie mettent cela en doute. Selon eux, le Bundestag perd sa fonction de contrôle s’il ne connaît pas la nature des exportations d’armes autorisées par le gouvernement.

Plus de transparence

Debatte über Atomausstieg im Bundestag in Berlin

Le Bundestag veut avoir son mot à dire

Pour éviter des livraisons d’armes dans des régions de crise ou dans des pays qui ne respectent pas les droits de l’Homme, la députée verte Katja Keul demande une nouvelle loi qui obligerait le gouvernement à informer le Parlement. Jusqu’ici, le gouvernement pouvait choisir de le faire ou pas. Cette proposition de loi suit l’actuelle tendance européenne de rendre le commerce d’armes plus transparent. Mais selon l’opposition, elle risque de se heurter à de vives résistances des partis au pouvoir CDU (conservateurs) et FDP (libéraux).


Auteurs : Nina Werkhäuser, Katrin Herms
Edition : Jean-Michel Bos