Contre l′instrumentalisation du courage civil | Vu d′Allemagne | DW | 07.09.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Contre l'instrumentalisation du courage civil

Les journaux continuent de commenter le virage de l'Allemagne en matière de nucléaire civil. Autre sujet : la condamnation de deux jeunes, responsables de la mort de Dominik Brunner il y a un an.

default

La mort de Dominik Brunner a ému l'opinion publique

Le cinquantenaire avait tenté de défendre des enfants contre deux jeunes agresseurs à la sortie d'un train dans la banlieue de Munich. Les peines, respectivement de presque dix ans et sept ans de prison, sont élevées, commente la tageszeitung, même si l'auteur principal s'en est sorti relativement bien puisqu'il a été jugé mineur au moment des faits. On va donc envoyer deux jeunes perturbés pour une longue période en prison, en espérant qu'à leur sortie, ils auront non seulement expié leur faute mais aussi «travaillé activement à leur socialisation». Le scepticisme est de mise, estime la taz, qui appelle à aborder intelligemment le thème de la violence des jeunes.

Deutschland Prozeß Gericht Urteil Markus S. Brunner-Prozess München

Le principal accusé Markus S., 19 ans, à l'annonce du verdict le 6 septembre

Pour la Frankfurter Allgemeine Zeitung, il est indéniable que l'intervention de Dominik Brunner pour protéger des enfants a été un acte fondamentalement courageux, indépendamment du fait qu'il l'a payé de sa vie. Mais il est inadmissible que des responsables politiques fassent l'éloge du courage civil dans le but de se dédouaner de leurs responsabilités concernant la sécurité des citoyens. Dominik Brunner a été assassiné en plein jour, dans une gare où seuls des distributeurs de billets automatiques font office d'interlocuteur. Le policier, «ami et protecteur» a totalement disparu des rues d'Allemagne, remplacée par une surveillance invisible, déplore la FAZ. Dominik Brunner en aurait pourtant bien eu besoin.

La politique nucléaire allemande en question

Protest gegen Atomkraft in Berlin Dossierbild 3

Les anti-nucléaire ont bien l'intention de manifester leur mécontement

Il était clair que la remise en question de l'abandon de l'énergie atomique semerait la zizanie, écrit Die Welt. Mais les arguments avancés par certaines organisations environnementales et l'opposition pour diaboliser cette décision du gouvernement en disent long sur les détracteurs. Les écologistes prédisent un «automne chaud». Pourtant, selon un sondage, trois quart des Allemands soutiennent le sursis accordé aux centrales atomiques si les gains engendrés sont employés à financer des énergies renouvelables. La prolongation de la durée de vie des centrales est un acte raisonnable et elle est largement acceptée, conclut le journal.

Du nucléaire pour financer l'énergie écolo ? Pour la Süddeutsche Zeitung, cela revient à construire de nouvelles autoroutes pour encourager l'utilisation de la bicyclette. En d'autres termes : c'est une aberration. Ces pirouettes bizarres illustrent la faible marge de manœuvre de la coalition Merkel dans le domaine du nucléaire civil. D'un côté, les conservateurs et les libéraux ne voient pas d'avenir à l'énergie nucléaire, mais de l'autre ils l'ont promis à leurs électeurs. Au final, l'Etat fédéral et les contribuables allemands ont fait un cadeau de plusieurs dizaines de milliards d'euros aux quatres grands groupes énergétiques allemands. Ce n'est pas le premier du genre.

Auteur : Anne Le Touzé
Edition : Sylvie Ernoult

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !