1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Contaminations...

Entre autres sujets, la presse allemande d'aujourd'hui revient sur les nouvelles révélations de l'exploitant de la centrale nucléaire de Fukushima et sur une bactérie qui menace l'Allemagne d'une épidémie mortelle.

default

La catastrophe de Fukushima est loin d'être finie. Et les révélations ne cessent pas...

Tepco a avoué la semaine dernière seulement que le cœur du réacteur n°1 de sa centrale avait fondu lors de la catastrophe, écrit die Welt. Hier, le porte-parole de l'exploitant révèle que les barres de combustible des réacteurs 2 et 3 ont fondu, elles aussi. Que nous réserve l'avenir ? s'interroge le quotidien. Certes, le patron de Tepco a assumé ses responsabilités la semaine dernière en démissionnant dans un geste symbolique.

Rücktritt des Tepco-Chefs Masataka Shimizu

Après 15 milliards de dollars de pertes générées par la catastrophe, Masataka Shimizu, le président de Tepco a démissionné de ses fonctions.

Mais le Japon, pauvre en ressources naturelles, n'a pas non plus d'autre choix que de continuer de pactiser avec cette technologie diabolique.
Une semaine de désinformation de plus ou de moins, ironise la Frankfurter Rundschau, qu'est-ce que cela change, face aux millions d'années pendant lesquelles le site de Fukushima va irradier la région ? Le quotidien rappelle la déclaration du Premier Ministre japonais le 18 mars dernier : « Nous allons maîtriser la situation à court terme » et s'interroge : un « court terme », cela fait combien d'années ?

En parlant de catastrophe, une bactérie gastrique menace l'Allemagne. A la suite du premier décès provoqué par la bactérie Eceh et 400 cas recensés de personnes atteintes dont 80 gravement en l'espace de quelques jours, le manque d'hygiène et ses conséquences sur la société revient sur le devant de la scène estime la Tageszeitung. Si personne ne connaît encore l'origine véritable de cette contamination, cette bactérie est pourtant connue depuis les années 1980, explique la Frankfurter Rundschau. À

EHEC Keime

Cette photo de l'Institut Robert Koch présente la bactérie Eceh qui touche l'Allemagne.

l'époque, cette colite hémorragique surnommée la « maladie du hamburger » frappait surtout après la consommation de viande hachée insuffisamment cuite. Aujourd'hui, l'ironie veut que ce soient surtout les adeptes d'une alimentation saine avec fruits et légumes crus qui en sont victimes. Les consignes lancées pour enrayer la dissémination de cette bactérie sont pourtant simples : bien se laver les mains avant de manger et bien faire cuire ses aliments.
Il semble curieux de devoir rappeler de telles évidences, note la Süddeutsche Zeitung qui refuse de sombrer dans l'hystérie. Même si une centaine de germes suffisent pour déclencher la maladie, les personnes en bonne santé supportent parfaitement bien une telle contamination. Le plus souvent, elles ne s'en rendent même pas compte et éliminent l'intrus en quelques jours. Le danger existe seulement pour les personnes âgées, les enfants et les malades au système immunitaire déficient. Mais là aussi, l'on sait depuis longtemps que le respect d'une hygiène stricte est la première des stratégies pour lutter contre les maladies, conclut le quotidien de Munich.

Auteur : Christophe Lascombes
Édition : Konstanze von Kotze

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !