1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Conférence de Paris sur le Proche Orient: Les "derniers soubresauts d'un monde révolu"?

La conférence de Paris sur le Proche-Orient s'est tenue dimanche en présence des représentants de 70 pays dans la capitale française, mais en l'absence des principaux intéressés, à savoir Palestiniens et Israéliens.

"On a parlé des Israéliens et des Palestiniens, relève le quotidien der Tagesspiegel, mais pas avec eux. A part cela, il faut noter que depuis plus de vingt ans, chaque tentative de médiation internationale a échoué. Et à Jérusalem, on se montre pour le moins cynique sur cette conférence de Paris. Conférence que le Premier ministre israélien a décrite comme les 'derniers soubresauts d’un monde révolu'. Demain sera différent! ", a assuré Benjamin Netanyahu. Ce que cela veut dire est clair : le dirigeant israélien mise sur le futur président américain Donald Trump et son entière solidarité avec Israël. " 

 

Un autre quotidien berlinois, la tazdie tageszeitung, estime que : "Personne ne devrait savoir mieux que John Kerry, le chef de la diplomatie américaine de l’administration sortante, à quel point  cette conférence est superflue !

Paris internationale Nahost-Konferenz (Reuters/B. Guay)

Les chefs de la diplomatie francaise, Jean-Marc Ayrault et américaine John Kerry

Lui qui, en tant que médiateur, a tenté vainement pendant des mois de rapprocher les protagonistes du dossier israélo-palestinien, a revalorisé cette supercherie collective à Paris en y participant malgré tout. Israël ne se laisse pas imposer la paix, ni par des menaces, ni par des promesses. Quant aux Palestiniens, ils ne sont même pas en mesure de se mettre d’accord entre eux! ", conclut la taz.  

 

 Autre thème: le débat sur les "fake news"

 

 Les "fake news", les fausses informations lancées sur des réseaux Internet comme Facebook préoccupent de plus en plus l'opinion publique comme  les médias. 

Devenu, malgré lui, l'un des principaux vecteurs de diffusion des fausses informations, Facebook, plateforme qui compte 1,79 milliard d'utilisateurs mensuels, a annoncé prendre une série de mesures pour en limiter la portée.

Facebook CEO (picture-alliance/dpa/P. Dasilva)

Mark Zuckerberg, le CEO de Facebook dit vouloir tenir compte des critiques à l'égard de sa plateforme

Le quotidien Neue Osnabrücker Zeitung estime que "L’entreprise a apparemment reconnu que les „fake news“ qui circulent sont à la longue un véritable poison pour Facebook et son modèle commercial. Chaque fausse information diffusée sur cette plateforme en réduit la crédibilité. La conséquence en sera que le chef de Facebook,  Mark Zuckerberg et consort, perdront de l’argent quand les internautes en auront assez de toutes ces fausses informations et qu'ils délaisseront de telles plateformes…"

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !