1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Condamnation à mort de Tarik Aziz en Irak

Tarek Aziz, l’ancien vice Premier ministre de Saddam Hussein est condamné à mort. Il a été condamné par la Cour suprême pour son rôle dans l’élimination des partis religieux chiites sous la dictature.

default

Pendant 20 ans Tarek Aziz, seul chrétien au sein de la garde rapprochée de Saddam Hussein, et parfaitement anglophone, représente le visage de l’Irak sur la scène internationale. En 2003, l’ancien diplomate se livre aux troupes américaines quelques jours après la chute de Bagdad. C’est aujourd’hui le tribunal spécial pour les crimes commis sous le régime de Sadam Hussein qui a condamné Tarek Aziz, à la mort par pendaison.

Saddam Hussein

Les chiites et les kurdes étaient opprimés par le régime de Saddam Hussein

La sentence devra néanmoins être confirmée par le conseil présidentiel. L’homme de 74 ans est accusé d’avoir participé à la persécution de membres de partis politiques chiites « Dawa » sous la dictature de Saddam Hussein.

Der irakische Premierminister Nouri al-Maliki

Le premier ministre irakien Nouri al-Maliki peine à former un gouvernement

Mais ce n’est pas la première fois que Tarek Aziz est inquiété par la justice. Lors de deux procès précédant en 2009, il est accusé d'avoir exécuté 42 marchands irakiens ainsi que d’avoir chassé des habitants kurdes du territoire irakien. Il est alors condamné à une première peine de 22 ans qu’il purge en ce moment. Le fils de l’ancien ministre dénonce cette nouvelle condamnation de son père, qu’il qualifie de, je cite, «vengeance contre tout ce qui a trait au passé de l’Irak ». En effet les tensions entre les différentes communautés religieuses et ethniques restent vives 7 ans après la chute du régime de Saddam Hussein. Le premier ministre actuel irakien Nouri al-Maliki est du parti chiite « Dawa », parti dont sont issus les victimes de Tarek Aziz. Sous Saddam Hussein, l’oppression des chiites et des Kurdes par la minorité sunnite au pouvoir était sanglante. Les ressentiments entre les différentes communautés restent par conséquent trés importants. C’est également ce qui est explique les accusations de vengeance par le fils de Tarek Aziz.

Auteur : Sylvie Ernoult
Edition: Cécile Leclerc

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !