Concorde: ouverture d′un procès hors normes | International | DW | 02.02.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Concorde: ouverture d'un procès hors normes

Près de dix ans après ce drame, qui fit 113 morts et brisa le mythe du supersonique franco-britannique, les circonstances de la catastrophe ne sont toujours pas élucidées.

default

Les vols commerciaux du Concorde ont commencé en 1976 et se sont terminés 27 ans plus tard, en 2003.

C'était le 25 juillet 2000, à l'aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle. Un Concorde d'Air France décolle, direction New York. A son bord, 109 personnes, dont une majorité d'Allemands. Quelques minutes après seulement, l'avion s'enflamme. Témoignage:

"Il était en train de rouler pour décoller. Il était déjà en flammes. Ensuite, caché par les bâtiments, on ne l'a pas vu. On est resté, on a regardé, on l'a vu un peu plus haut en l'air. Et puis, il est tombé d'un coup"

Le Concorde s'écrase sur un hôtel, non loin de l'aéroport. Bilan : les passagers, l'équipage et quatre occupants de l'hôtel sont tués. C'était le premier crash, après 24 ans d'exploitation, de cet avion emblématique, capable de voler à deux fois la vitesse du son.

Air France Concord Absturz

Quatre-vingt dix tomes de dossiers, 534 pièces à convictions, des débats en trois langues, plus de 200 journalistes et techniciens: c'est un procès hors normes qui s'est ouvert à Pontoise

Dix ans plus tard, le tribunal correctionnel de Pontoise est chargé d'établir les causes et les responsables de la catastrophe. Selon l'expertise officielle, le crash est dû à une pièce métallique, perdue sur la piste par un engin de la compagnie américaine Continental Airlines, qui avait décollé juste avant le Concorde. Une version contestée par la défense de la compagnie américaine. Olivier Metzner est l'avocat de Continental Airlines.

"Continental Airlines n'est pas du tout responsable de cet accident. C'est vrai qu'il est facile de reporter la responsabilité sur une société étrangère pour sauvegarder l'image du bijou de la France qu'était le Concorde"

Pour plaider la nullité de la procédure, la défense compte notamment s'appuyer sur une trentaine de témoignages qui affirment que l'avion était déjà en feu avant de rencontrer la pièce métallique. Philippe Martin, aiguilleur du ciel, a assisté au drame

Air France Concord Absturz Flash-Galerie

Les vols commerciaux du Concorde ont commencé en 1976 et se sont terminés 27 ans plus tard, en 2003.

"A un moment donné, y a une comme une vibration anormale dans l'atmosphère, dans l'air ambiant et cela a attiré notre attention sur l'appareil. Visuellement, il était déjà en flammes lorsque j'ai tourné la tête. Il était à peu près à un bon kilomètre de son point de départ"

Si cette hypothèse se confirme, Air France dont la responsabilité à jusqu'à présent été écartée, pourrait être mis en cause. La justice reproche par ailleurs aux responsables du programme Concorde et à la direction de l'aviation civile - garante de la sécurité du transport aérien en France - d'avoir sous-estimé les incidents qui ont émaillés la carrière du Concorde, notamment des éclatements de pneus. Le verdict est attendu pour le mois de mai.

Auteur: Konstanze von Kotze / Edition: Christophe Lascombes

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !