1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Comment traiter avec l'ennemi ?

Les journaux allemands commentent la situation politique en Autriche où la présidentielle a opposé un candidat écologiste à un candidat de l'extrême droite. Il est aussi question de la politique turque d'Angela Merkel.

default

Norbert Hofer, le candidat du parti d'extrême droite FPÖ

Même s'il n'est pas déclaré vainqueur, Norbert Hofer, le candidat du parti d'extrême droite remportera quand même cette élection, affirme la Süddeutsche Zeitung. En une campagne électorale, il a réussi à changer le visage de l'Autriche. A faire que des propos haineux et non différenciés à l'égard des étrangers soient normalisés. Cela n'a rien à voir avec la fonction d'un président dont on attend qu'il représente son pays de manière digne, qu'il lui assure des sympathies de l'étranger et qu'il attire des investisseurs.

Türkei Angela Merkel & Recep Erdogan 2013 in Istanbul

Poignée de main... du bout des doigts

Merkel rencontre Erdogan

Et la presse s'interroge sur l'attitude à adopter face à ce chef de l'Etat controversé mais dont l'Europe a besoin pour juguler l'afflux des réfugiés. Die tageszeitung rappelle que le Parlement turc a adopté vendredi un projet de loi pour lever l'immunité des députés turcs visés par des procédures judiciaires. Pour le journal, il s'agit là d'un pas de plus vers un régime présidentiel dictatorial. Que ce soit dans son propre parti ou dans ce qu'il reste de l'opposition, les chances que les pouvoirs grandissants de Recep Tayyip Erdogan soient contestés s'amenuisent de jour en jour. Die Welt regrette pour sa part que la chancelière Angela Merkel n'ait guère de marge de manoeuvre. Evoquer la politique intérieure turque oui. Mais faire réellement pression sur le président semble difficile si elle ne veut pas mettre l'accord sur les réfugiés en danger.

Un mot pour finir sur Aiman Mazyek, le président du Conseil central des musulmans en Allemagne. Il a rencontré aujourd'hui Frauke Petry, la coprésidente du mouvement AfD. Le parti populiste allemand vient d'adopter un programme selon lequel l'islam n'appartient pas à l'Allemagne. Mais rien qu'en étant à l'origine de cet entretien, écrit la Süddeutsche Zeitung, Aiman Mazyek a réussi à démontrer le contraire. De ce point de vue là déjà, la rencontre est un succès pour l'instance qui se dit représentative des musulmans allemands.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !