Comment protéger les données des internautes en Afrique | Afrique | DW | 12.04.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Comment protéger les données des internautes en Afrique

Après le scandale Facebook et Cambridge Analytica, la cyberactiviste sénégalo-gambienne Aisha Dabo donne des conseils pour protéger ses données personnelles.

Écouter l'audio 05:13
Now live
05:13 min

"Il n'y a pas assez de lois en Afrique pour protéger les données" (Aisha Dabo, cyberactiviste)

Le scandale de la divulgation des données personnelles de Facebook par la firme Cambridge Analytica inquiète les activistes du numérique en Afrique.

Les activistes appellent à une prise de conscience des États africains quant aux enjeux liés à la protection des données personnelles sur le continent. C’est le cas de Aisha Dabo, activiste web sénégalo-gambienne. Elle est membre d’Africtivistes, une association de militants africains pour la démocratisation d’Internet. Elle profite de l’occasion pour donner aussi des conseils pratiques pour mieux se protéger en ligne et contourner la censure.  

 

Aisha Dabo : Nous n’avons pas assez de systèmes qui protègent, même pas de lois. Quelles sont les lois en Afrique qui protègent les données personnelles. Et même si elles existent, jusqu’à quel niveau ? Le Kénya a un projet de loi dans ce sens. Mais les pays africains sont à différents niveaux. Nous espérons que les états africains qui ont  plus de moyens vont s’intéresser à la question des données personnelles.

 

DW : L’Afrique est donc fragile en matière de protection de données personnelles ?   

 

Aisha Dabo : Les Africains sont fragiles parce qu’ils ne savent pas comment utiliser les outils du numérique à leur disposition et ne comprennent pas les risques liés à l’utilisation de ces outils. Du coup, il est difficile pour eux de se protéger face à des attaques de virus, de malwares ou face à la surveillance ou la censure.

 

DW : Pouvez-vous nous donner des conseils pratiques pour protéger nos données et se protéger sur Internet ?

Aisha Dabo : Chrome à travers son extension Mailveloppe, par exemple, vous permet de crypter vos mails. Si vous voulez envoyer des messages cryptés, au-delà de WhatsApp, vous pouvez utiliser aussi l’application Signal. Avec cette application, vos contenus seront plus sécurisés parce qu’elle crypte les messages que vous envoyez. Maintenant pour ceux qui habitent dans des pays où le gouvernement fait de la surveillance, vous pouvez installer Tor qui vous permet de naviguer sans historique. Cela dit, vous ne serez pas tracés. C’est une façon de contourner la censure.

 

Cliquez sur l'image pour écouter l'intégralité de l'interview. 

La rédaction vous recommande

Liens

Audios et vidéos sur le sujet