1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Archives Afrique

Combats au Mali : et l'armée malienne dans tout ça ?

Avec la prise de Diabaly ce lundi par les islamistes, l'armée malienne s'est encore attirée des critiques, notamment en ce qui concerne sa présence dans les combats contre les jihadistes armés depuis le 11 janvier.

Le capitaine putschiste Amadou Sanogo (centre) a souvent dénoncé le manque de moyen de l'armée malienne

Le capitaine putschiste Amadou Sanogo (centre) a souvent dénoncé le manque de moyen de l'armée malienne

Que fait l'armée malienne de façon concrète ? La question se pose d'autant que depuis le début des hostilités le 11 janvier 2013, on n'entend parler que des actions de l'aviation française. Mais Nuhum Togo, chargé de la communication du ministère malien de la Défense soutient que l'armée malienne existe et joue son rôle sur le terrain des opérations :

« L'armée malienne continue à faire le travail de ratissage, l'armée malienne continue à sécuriser les localités, l'armée existe ! Seulement nous avons dit que nous avions besoin de l'appui aérien que la France nous fournit aujourd'hui. Nous travaillons ensemble pour coordonner les opérations et le travail se fait en très bonne collaboration. »

Un soldat malien monte la garde pendant la réunion des chefs d'état-major ouest-africains

Un soldat malien monte la garde pendant la réunion des chefs d'état-major ouest-africains

Une armée mal armée ?

L'armée malienne existe soutient donc Monsieur Nuhum Togo. Pourtant, lundi 14 janvier, les islamistes ont pris le dessus en s'emparant de la ville de Diabaly, située à 400 kilomètres au nord de la capitale Bamako. Cette nouvelle défaite révèle l'état de faiblesse de cette armée. Et Paul Mdel, journaliste malien que nous avons joint à Bamako, le reconnaît :

« C'est un fait avéré que l'armée malienne a des faiblesses. Nous-même on s'inquiète. Mais de là à dire qu'ils [les soldats maliens] ne font rien, qu'ils fuient et ne font rien, non ! Ils résistent ! Même à Diabaly [ville passée lundi sous contrôle islamiste], les combats ont duré six heures. Et il faut aussi que les gens sachent que les islamistes qui nous combattent actuellement, ce ne sont pas uniquement des fous de Dieu. Ce sont des gens qui ont fait les plus grandes guerres récentes c'est-à-dire l'Afghanistan, l'Irak, la Libye ; il y a des combattants aguerris. »

Arrivée de chefs d'état-major ouest-africains à Bamako pour discuter de l'envoi de soldats au Mali

Arrivée de chefs d'état-major ouest-africains à Bamako pour discuter de l'envoi de soldats au Mali

La force africaine toujours attendue

En dehors du soutien dont elle jouit de la part de la France, l'armée malienne attend toujours l'appui des autres pays africains. À cet effet, une réunion des chefs d'état-major s'est tenue ce mardi à Bamako.

La mission de soutien de l'Afrique devrait compter quelque 3.000 hommes. Le Nigeria doit fournir 600 hommes. Niger, Burkina Faso, Togo et Sénégal ont également annoncé l'envoi chacun d'environ 500 hommes, le Bénin 300, la Guinée et le Ghana environ 120 chacun. 500 soldats maliens qui s'étaient repliés avec le colonel Alhaji Ag Gamou en 2012 au Niger face à l'avancée des islamistes pourraient aussi entrer en action.

Écouter l'audio 02:18

"L'armée malienne existe !" (Nouhum Togo, ministère malien de la Défense)

Audios et vidéos sur le sujet