1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Colette Irié Lou, une femme d'affaires partie de rien

En Côte d'Ivoire, Colette Irié Lou est un modèle de réussite. Partie de rien, elle est devenue une héroïne dans le monde de la distribution et de l'habitat et une femme d'affaires prospère. Portrait.

Écouter l'audio 02:05

"Les difficultés, il y'en a eu beaucoup mais j'ai dû les surmonter afin de pouvoir avancer" (Colette Irié Lou)

Née avant les indépendances, Colette Irié Lou n'a pas eu la chance de faire des études scolaires. Comme les autres femmes africaines dans les années 50, son destin était tracé d'avance. Très tôt donc, elle s'intéresse aux travaux agricoles afin de s'assurer des moyens de subsistance. Cette activité finira par devenir la clé de son succès. "Je n'ai jamais été à l'école", raconte-t-elle. "Donc j'étais avec mes parents au village et lorsqu'ils faisaient la récolte de leurs champs d'aubergine ou de gombo, c'est moi qui partais les vendre." 

En grandissant, Colette Irié Lou se rend vite compte que tous ne partent pas avec les mêmes chances dans la vie. "J'ai remarqué que ceux qui ont été à l'école travaillent dans les bureaux et moi qui n'ai pas eu la même chance qu'eux, il fallait que je me trouve une occupation", observe-t-elle. "J'ai commencé à faire du commerce, on s'est intéressé à moi et c'est comme cela que tout a commencé. Puis petit à petit je me suis agrandie."

Un sens des affaires inné

Colette Irié Lou a toujours su démontrer son sens des affaires ainsi que son aptitude à diriger des groupes de femmes et rechercher l'amélioration de leur condition de vie. C'est ainsi, qu'en 1983 elle fonde son premier marché à Treichville, dans le sud d'Abidjan. Puis deux ans après, elle crée sa coopérative de vivriers et en 1998, la Fédération nationale des coopératives de vivriers de Côte d'Ivoire. Mais ce parcours a été souvent parsemé d'embûches. "Des fois, après la récolte des produits, il n'y avait pas de camions pour le ramassage et j'attendais en vain", se souvient Colette Irié Lou. "J'ai perdu à mes débuts près de deux millions cinq cent mille francs CFA en cinq jours et en cinq voyages. Les difficultés, il y'en a eu beaucoup mais j'ai dû les surmonter afin de pouvoir avancer."

Des objectifs ambitieux 

Aujourd'hui à la tête d'une fédération de 1.800 coopératives à travers l'Afrique de l'Ouest, Colette Irié Lou ambitionne de nourrir tout le continent avec le programme d'appui à la production vivrière et à la sécurité alimentaire. "Avec ce grand projet", explique-t-elle, "je dis que d'ici fin 2017, les denrées seront dans les assiettes des Ivoiriens et nous allons nourrir les pays de la sous-région et le monde entier avec ce premier programme."

Mère de deux enfants, Colette Irié Lou occupe également d'autres postes de responsabilité dans des ONG et autres réseaux agricoles en Afrique de l'Ouest et centrale. Son combat : le panier de la ménagère. Et pour réussir ce pari, elle a 55 salariés sous ses ordres.

 

Liens

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !