1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Cinq ans après la mort d'Arafat, les Palestiniens cherchent un leader

Le 11 novembre 2004, Yasser Arafat est mort dans un hôpital parisien. Les Palestiniens rendent hommage à leur leader historique au moment où l'Autorité palestinienne traverse une grave crise politique.

default

C'est un anniversaire amer, teinté de regrets. Yasser Arafat avait réussi à incarner l'unité et la cause nationale palestinienne. Depuis sa disparition, l'héritage de Abou Ammar - c'était nom de guerre - est menacé de tous côtés. Et la semaine dernière, son successeur a annoncé qu'il jetait l'éponge. "J'ai dit aux deux comités, le comité exécutif de l'Organisation de Libération de la Palestine et le Comité central du Fatah que je ne souhaite pas me présenter à la prochaine élection présidentielle", a-t-il déclaré . La nouvelle a fait l'effet d'une bombe.

Mahmoud Abbas avait été élu président de l'Autorité palestinienne deux mois après la mort de Yasser Arafat. Depuis, les divisions inter-palestiniennes se sont creusées. Le point de rupture, c'était en juin 2007, lorsque les islamistes du Hamas ont évincé par la force le Fatah de la bande de Gaza. Le parti de Yasser Arafat n'est désormais au pouvoir qu'en Cisjordanie. On ne s'étonne pas, dans ces conditions, d'apprendre que les commémorations sont interdites aujourd'hui dans la bande de Gaza ainsi que les affiches de Yasser Arafat.

Quant au processus de paix, il s'enlise. Les négociations sont suspendues depuis la guerre de Gaza l'hiver dernier. Mahmoud Abbas refuse de les reprendre, tant que l'Etat hébreu ne gèlera pas la colonisation.

L'élection de Barack Obama à la tête des Etats-Unis avait suscité l'espoir. Un espoir déçu. Selon Robert Malley, directeur du programme du Proche-Orient à l'International Crisis Group, Washington devrait revoir sa stratégie : "Tôt ou tard, il faut regarder les choses en face : quelque soient les efforts qui sont faits, les fossés entre Israéliens et Palestiniens sont plus grands aujourd'hui qu'hier, et hier déjà on ne parvenait pas à les dépasser". Des fossés et même un mur. Un mur de béton en construction le long de la barrière de sécurité érigée par Israël en Cisjordanie occupée.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !