Chomage en recul pour la Lituanie | Carrefour Europe | DW | 26.04.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Carrefour Europe

Chomage en recul pour la Lituanie

Le chômage sévit dans la zone euro. Quelques 17 millions de personnes sont sans emploi, soit une moyenne de 10%. Mais un petit peloton d'états enregistre une amélioration : les Etats baltes, et notamment la Lituanie.

Malgré une très bonne formation de nombreux jeunes sont obligés de quitter la Lituanie

Malgré une très bonne formation de nombreux jeunes sont obligés de quitter la Lituanie

La Lituanie, malgré son rude climat, a réussi à faire reculer le chômage

La Lituanie, malgré son rude climat, a réussi à faire reculer le chômage

La crise mondiale a fortement touché la Lituanie, mais la république balte sort peu à peu de son étau. Le taux de chômage baisse régulièrement après avoir atteint des sommets - près de 18% fin 2010. Il est aujourd'hui à 11,8%. Une belle performance masquée en fait par une émigration massive qui fait baisser le chiffre et qui cache une situation tendue sur le marché du travail. Notre correspondante Marielle Vitureau nous emmène à la rencontre de Lituaniens qui peinent à retrouver de l'emploi...

Des succès pour le consommateur

Défendre les consommateurs, aujourd'hui cela apparait comme tout à fait normal. Mais il en était autrement en 1962, lors de la fondation du Bureau Européen de l'union des consommateurs (dont l'acronyme est BEUC). Le mot de "consommateur" ne faisait pas partie du vocabulaire des responsables européens de l'époque. Aujourd'hui cette perspective fait partie inhérente de l'intégration européenne. Et le BEUC a participé à des évolutions qui sont autant de succés pour la protection des consommateurs. Johannes Kies, porte parole du BEUC nous en rappelle quelques-uns : "Concrètement nous avons obtenu que l'étiquetage des produits alimentaires contenant des OGM soit, depuis 1997, obligatoire dans l'UE Un autre thème est la sécurité des jouets. Notre campagne a contribué à faire interdire l'utilisation de produits chimiques dangereux, les phtalates, dans les jouets en vente sur le marché européen. Et pour citer un dernier exemple, nous avons obtenu l'interdiction depuis 2000 de l'ajout de plomb – un métal très dangereux pour la santé - dans l'essence"

La baisse du prix de nos communications mobiles... le BEUC y est également pour quelque chose puisqu'il avait publié en 2003 une étude qui mettait en lumière les couts exhorbitants imposés par les opérateurs dans l'espace européen. La commmission européenne est intervenue et les prix continuent de baisser. Depuis le 1er avril 2012 le Traité de Lisbonne a permis aux citoyens européens de jouir d'un droit de pétition, c'est à dire de lancer une "initiative citoyenne" sur les sujets qui leur tiennent à coeur. Mais pour le BEUC, qui regroupe quelques 42 organisations , rien ne remplace les organisations de défense de consommateurs à la base: "Pour nous il est très important que les organisations de consommateurs puissent avoir une influence directe sur les politiques nationales ou européennes. Nous voyons actuellement avec la crise que les organisations locales dans les petits pays du sud ont du mal à survivre et à se faire entendre. Et nous demandons à l'UE de soutenir les organisations de défense du consommateur nationales et européennes qui permettent que les problémes des citoyens soient transmis à Bruxelles et pris en compte "

Les organisations de consommateurs ont fait interdire les jouets dangereux

Les organisations de consommateurs ont fait interdire les jouets dangereux

La voix des citoyens

Face aux banques, à la crise financière mais également à la numérisation grandissante de nos vie quotidienne, face aussi au vieillissement de nos sociétés et des problèmes que cela pose à chacun, les organisations de défense des consommateurs ont plus que jamais un rôle à jouer. Leur défi : faire entendre la voix du consommateur.

Le Parlement européen a d'ailleurs, lui aussi, décidé de donner la parole aux citoyens : les organisateurs d'une "initiative européenne" qui aura réuni plus d'un million de signatures à travers l'union européenne et sera donc validée, pourront venir exposer leurs arguments devant les eurodéputés. Le commissaire européen compétent sera lui aussi invité à discuter avec eux au Parlement."L'Europe doit mieux écouter ses citoyens" a précisé l'eurodéputé allemand Gerald Häffner, un des membres de la commission des affaires constitutionnelles qui a voté cette nouvelle réglementation.

Auteur : Elisabeth Cadot
Edition : Konstanze von Kotze

Audios et vidéos sur le sujet