Chili : miracle et désillusion | International | DW | 15.10.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Chili : miracle et désillusion

Ceux que l'on appelle désormais les 33 mineurs miraculés sont sortis de l'hôpital. Le drame qu'ils ont enduré permettra t-il d'améliorer les conditions de travail des milliers d'autres mineurs chiliens anonymes?

default

Le président chilien Sebastian Pinera auprès des miraculés de la mine

En 69 jours, les 33 mineurs de San José sont passés de l'ombre à la lumière, accueillis à leur sortie par près de 2000 journalistes. Ces stars internationales croulent à présent sous les cadeaux entre les chapelets bénis offerts par le pape, les maillots dédicacés par des footballeurs célèbres et les Ipod offerts par le patron d'Apple.

Des mineurs devenus idoles des médias

Chile Minenunglück Rettungsarbeiten

Les critiques se multiplient sur les conditions de travail des mineurs chiliens

Les médias quant à eux font grimper les enchères pour obtenir une interview exclusive, un journal allemand aurait même proposé jusqu'à 50 000 dollars. L'autre grande star sorti auréolé de cette histoire, c'est le président chilien Sebastian Pinera, qui voit sa cote de popularité grimper en flèche après ses déclarations : "Je vois dans cette expérience une leçon pour la protection, la vie et l'intégrité des mineurs, mais aussi de tous les travailleurs."

Le président, a annoncé la création d'une "super intendance" des mines et le renforcement des contrôles. Des déclarations sans doute difficiles à mettre en oeuvre s'il on considère qu' il n'y a actuellement que 16 inspecteurs pour 4000 mines dans tous le pays.

Coup de projecteur sur la sécurité

Präsident Pinera Chile Bergleute Rettung

La cote du président chilien est à la hausse depuis le sauvetage des mineurs

On compte au Chili plus 175 000 mineurs et même si les accidents causent chaque année la mort d'une trentaine d'entre eux , beaucoup ne sont pas prêts à renoncer à l'appât du gain, dans les mines, ils peuvent espérer gagner deux à trois plus que le salaire moyen.

Plus de 200 mines ont été condamnées par les autorités à se mettre aux normes, mais elles n'ont pas fermé pour autant pour des raisons économiques. Les exploitants vendent le cuivre, le fer, l'argent et l'or à la seule compagnie publique l' Enami. L'Etat chilien tire donc directement ces bénéfices de l'exploitation des mines.

Les "pirquineros" toujours dans l'ombre

Dans ce secteur, les grands laissés-pour-compte sont les "pirquineros", des mineurs souvent jeunes intrépides, indépendants au statut précaire, exploités dans les petites unités indépendantes. Les autres maillons du filon sont les "recycleurs", souvent d'anciens mineurs trop âgés, ils trient les débris de roches, espèrant récolter un peu de minerai à revendre. Pour eux, contrairement aux 33 miraculés, la vie dorée n'est pas encore au fond du tunnel.

Auteur : Katia Bitsch
Edition : Carine Debrabandère

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !