1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

« C'est non ! »

Le « non » français à la Constitution européenne est tombé tard hier soir, mais pas toujours après le bouclage des journaux allemands. Il est donc en excellente place dans les commentaires.

default

« C’est non ! » s’exclament les WESTFÄLISCHE NACHRICHTEN, de Münster, en français dans le texte et sans cacher leur désappointement.
« L’émotion l’a emporté sur la raison » se fâche la THÜRINGER ALLGEMEINE à Erfurt.
« Un référendum en forme de révolte » renchérit la SÜDDEUTSCHE ZEITUNG à Munich qui parle aussi de « farce historique » puisqu’à son avis jamais traité concocté par les gouvernements pour unir l’Europe depuis un demi siècle n’a eu autant de contenu démocratique.
Et la THÜRINGISCHE LANDESZEITUNG de Weimar nous dépeint une « Europe qui pose un regard décontenancé sur la France » parce que « l’ancien moteur de l’Europe a dit non, c’est la paralysie ». Voilà, le ton général est donné en quelques mots et quelques journaux.
N’oublions pas le président Jacques Chirac et le gouvernement de Jean Pierre Raffarin – c’est « avant tout pour eux que ce vote est une lourde défaite puisqu’ils avaient fait campagne pour le oui » souligne le TAGESPIEGEL de Berlin.
À Berlin aussi, DIE WELT, sans être grand clerc, affirme que « de grands changements attendent la France sur la scène politique intérieure ».
« Le désastre, explique de son côté la LANDESZEITUNG, le désastre est venu de ce que la bêtise des gouvernants a laissé la place à la bêtise des gouvernés » et notre confrère de Lüneburg précise : les chefs de gouvernement auraient mieux fait d’organiser un référendum à l’échelon de l’Europe, on aurait mieux compris de quoi il était question. En tout cas, pour notre confrère, la communauté des 25 États sans la Constitution n’est pas viable.
« Et maintenant ? » demande la NEUE OSNABRÜCKER ZEITUNG qui évoque la possibilité d’un nouveau vote des Français. Cela s’est déjà vu au Danemark et en Irlande pour les traités de Maastricht et de Nice, rappelle le journal.
Quant au risque de retour global à l’époque des égoïsmes nationaux, selon les WESTFÄLISCHE NACHRICHTEN, il n’existe pas : le « train de l’Europe va continuer de rouler » conclut notre confrère de Münster, même si les Français, par leur choix d’hier, lui ont donné un sacré coup de frein.

  • Date 30.05.2005
  • Auteur Yvon Arsenijevic
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9dn
  • Date 30.05.2005
  • Auteur Yvon Arsenijevic
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9dn
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !