1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afro-presse (hebdomadaire)

"Ces tout-puissants qui chancellent"

Nombre d'observateurs s'étonnent du comportement de certains hommes politiques en Afrique, qui en 2016 encore s'accrochent au pouvoir et considèrent que c'est une affaire de dynastie ... jusqu'à leur chute?

Sous le titre: "Ces tout-puissants qui chancellent ", la taz, die taz relève qu'au Zimbabwe, un président de 92 ans ne veut pas quitter le pouvoir, qu'il détient depuis 36 ans déjà. Et cela bien qu'il ait mené son pays à la ruine. Au Gabon, une famille de potentats est installée depuis un demi-siècle dans le fauteuil présidentiel.

neuer Präsident von Gabun

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a remporté une victoire électorale très contestée contre l'opposant Jean Ping

De père en fils, on y profite très largement de la manne pétrolière, source jusqu'ici intarissable de gigantesques revenus. Au Zimbabwe, Robert Mugabe se voit maintenant confronté à une vague menaçante de protestations massives, certains des manifestants étant issus de son propre camp!

Simbabwe Harare gewaltsame Proteste gegen Präsident Mugabe

Violentes manifestations à Harare contre le président du Zimbabwe, Robert Mugabe

Au Gabon, Ali Bongo Ondimba doit faire face à un vaste mouvement de colère et à des troubles après l'annonce de sa victoire officielle à la présidentielle, contre l'ancien chef de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping.

Bref, ces deux systèmes de pouvoir en Afrique, au Zimbabwe comme au Gabon, sont très ébranlés. La communauté internationale ne sait trop comment réagir, car que de telles choses existent encore en Afrique n'est pas en conformité avec l'image que se fait la communauté internationale du continent.

Zimbabwe Proteste Robert Mugabe

A Harare, bien que durement réprimées, les manifestations deviennent de plus ne plus fréquentes

Pour des observateurs extérieurs, il n'y a que deux sortes de pays en Afrique: d'un côté, ceux qui sombrent dans un chaos permanent et où rien ne tient très longtemps; de l'autre des Etats scintillants, en plein essor économique et où des réformateurs dynamiques construisent une société moderne.

Mais le Zimbabwe et le Gabon font partie d'une troisième catégorie, méconnue celle-là: les pays en stagnation permanente.

Gabun Libreville Regierungsgebäude Wrack Ausschreitungen

Dans la capitale gabonaise Libreville, des voitures incendiées devant un bâtiment gouvernemental témoignent des violences

Rien ne progresse, mais les institutions et les bases économiques y sont trop stables pour une déliquescence spectaculaire de l'Etat, incluant guerre civile et vastes mouvements de population. Les maîtres de ces Etats sont tout-puissants et impunis. Ils ne vont pas assez bien pour progresser, et pas assez mal pour faire peur au reste du monde.

Gabun Libreville Ausschreitungen nach Wahlen

Foule en colère à Libreville

Le Zimbabwe et le Gabon étaient autrefois les deux pays les plus riches de leurs régions respectives. Aujourd'hui, ils sont les plus figés. Mais, se console l'éditorialiste, il y a seulement une génération encore, ce genre de systèmes et de pays étaient la règle en Afrique. Aujourd'hui, ils ne sont plus qu'un anachronisme."

Autre thème lui aussi anachronique: Lucy, qui vivait en Afrique il y a plus de 3 millions d'années

Celle qui fut longtemps présentée comme la "grand-mère de l'Humanité" et la plus célèbre des australopithèques serait morte en tombant d'un arbre! C'est la dernière découverte de chercheurs…

Si Lucy n'est plus considérée aujourd'hui comme l'ancêtre direct de l'homme mais plutôt comme une "très ancienne cousine", elle n'a rien perdu de sa popularité…Depuis que, il y a 42 ans de cela , ses ossements ont été découverts, les experts discutent avec véhémence pour savoir si Lucy, il y a plus de 3 millions d'années, vivait encore dans les arbres comme les singes ou bien si elle marchait déjà sur ses deux jambes comme un humain, relève la FAZ, la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Ses ossements pourraient aider à trouver la réponse, 40% de son squelette a survécu au temps passé depuis sa mort à l'âge de 25 ans.

Australopithecus afarensis Fossil Skelett Lucy

40% du squelette fossilisé de Lucy "l'australopithecus afarensis" sont conservés

Découverts en 1974 par des chercheurs américains et français dans la région de l'Afar en Ethiopie -d‘où le nom d' "Australopithecus afarensis"-, les os de Lucy, ont été de nouveau examinés avec les dernières méthodes les plus modernes. En étudiant le fossile et les scans 3D l'anthropologue américain John W. Kappelman Jr. de l' Université du Texas à Austin aremarqué que l'humérus droit (l'os du bras) est cassé d'une façon inhabituelle pour un fossile. "Ce type de fracture survient lorsque la main touche le sol au moment d'une chute" ; selon le chercheur Lucy aurait étendu le bras pour essayer d'amortir sa chute, une analyse confirmée par des chirurgiens orthopédiques d'Austin.

D'autres fractures, à l'épaule gauche, à la cheville droite, au genou gauche, au bassin et à une côte, étayent cette thèse de la chute fatale, rapporte le quotidien de Francfort.

Äthiopien Nachswuchswissenschaftlerin Lulit Tilahun Wolde Afar Triangle

C'est dans cette région de l'Afar en Ethiopie que vivait "Lucy" il y a plus de trois millions d'années

En fait, Lucy, était à la fois bipède et arboricole. Âgée alors de 25 ans, elle mesurait environ 1 m 10, et pesait une trentaine de kilos. Elle a "probablement" chuté de plus de 12 mètres. Son squelette n'a jamais été changé de place, Lucy est restée là où elle est tombée il y a plus de 3 millions d'années. Un dernier diagnostique de l'anthropologue peut consoler les âmes sensibles: "La mort de Lucy est survenue rapidement."

En 2008 Lucy, engagée dans une vaste tournée des musées américains, avait fait un détour par l' institution de Kappelmann pour être scannée en haute résolution pendant dix jours sous toutes les coutures. Elle l'a été de nouveau en janvier de cette année à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne où est revenue la jeune australopithèque.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !