1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Centrafrique:à Bambari, on se prépare aux élections du 27 décembre

Les élections législatives et présidentielle ont été fixées au 27 décembre. Le 13 décembre aura aussi lieu un référendum constitutionnel. C'est ce qui ressort d'un décret présidentiel rendu public mardi.

Écouter l'audio 02:06

"La population veut des élections... Nous en avons assez des transitions." (Abdoulaye Amat, un leader de la communauté musulmane)

Les scrutins ont déjà été reportés plusieurs fois. Mais les autorités de transition, sous la pression de la communauté internationale, insistent pour qu'ils aient lieu avant la fin de l'année. Pourtant, les violences se poursuivent. Ainsi trois combattants de l'UPC, une faction de la Seleka, ont été tués à une dizaine de kilomètres de Bambari, au centre de la RCA. Selon des témoins, leur mort a provoqué une flambée de violence à Bambari, où des hommes armés se sont affrontés dans les rues à coups de lance-roquettes et d'armes automatiques et ont incendié des maisons, provoquant la fuite de centaines d'habitants.

A Bambari, parmi la population, on attend le scrutin autant qu'on le redoute. L'approche des élections en Centrafrique risque d'exacerber les tensions. Mais certains espèrent une solution miracle. Abdoulaye Amat est un leader de la communauté musulmane à Bambari:

"La population veut des élections, parce qu'on doit avoir un président. Nous en avons assez des transitions. Il faut des élections et un président afin de pouvoir discuter des problèmes de sécurité. Mais il y a beaucoup d'ennemis de la paix. Ce sont eux qui mettent le désordre."


Un gouvernement de transition, dirigé par la présidente Catherine Samba-Panza, a été mis en place en janvier 2014, pour un mandat de deux ans. Il est censé être remplacé prochainement par un gouvernement élu. Le taux d'enregistrement des électeurs dépasserait les 90%, selon les Nations Unies, mais les difficultés demeurent. Ibrahim Abakar, vice-président de l'Autorité nationale des élections à Bambari:

"A Bambari, il y a 21.000 inscrits, soit un taux de près de 99%. Le problème, c'est qu'il n'y a pas d'argent. Même pour la distribution du matériel dans les centres de vote. Ca rend les choses très difficiles."


Outre les nombreuses difficultés techniques et financières, la tenue d'élections, qui doivent théoriquement être organisées avant la fin de l'année, semble difficile dans le climat sécuritaire actuel. Le risque est que les résultats ne soient pas reconnus par tous, pense l'abbé Félicien Indimoyo, chancelier de l'évêque de Bambari:

"Le recensement électoral a été bâclé. Toutes les zones n'ont pas été atteintes, et il y a beaucoup de gens dans la brousse et dans des lieux difficilement accessibles. Cela rendra difficiles les opérations de contrôle pour valider ces élections. Le risque, dans de telles conditions, c'est que certains groupes soient mécontents!"

Alors que les violences intercommunautaires se poursuivent en Centrafrique, les élections apparaissent surtout comme une réponse à court terme à des défis immenses.


Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !